Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 15:13
Montréal 2017-01-30
 
ENGLISH + FRANÇAIS
 
Hier, au Centre culturel islamique de la Ville de Québec, deux étudiants auraient tiré sur les 19 personnes présentes, en tuant 6 et en blessant grièvement 5.  Nous dénonçons les politiques des classes dominantes capitalistes, des puissances impérialistes, des médias, des politiciens et des partis politiques qui utilisent la xénophobie contre les pays et les peuples arabes et musulmans.  Nous avons reçu le message de solidarité avec les Arabes et les musulmans diffusé par la professeure Dolores Chew - d.chew@marianopolis.edu>.  Nous participerons à la vigile de ce soir.  Nous vous invitons à diffuser ce message et à participer en grand nombre.  Solidairement et fraternellement, Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - Pour un front uni contre le fascisme et la guerre - pueblo@sympatico.ca
 
ENGLISH:

Vigil in solidarity with quebec muslims will be at metro Parc: Gare Jean-Talon @ 6pm.  Spokespeople of the event: Rim Mohsen, Haroun Bouazzi and Dalila Awada (info from facebook). 

FRANÇAIS :

Vigile en solidarité avec les Musulman/es du Québéc sera au métro Parc: Gare Jean-Talon @ 18h. Porte-parole de l'événement: Rim Mohsen, Haroun Bouazzi et Dalila Awada (info de facebook).

 
Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 02:57

Commentaires sur l'article de John Pilger - Antonio Artuso, Reconstruction communiste Canada - Pour un front uni contre le fascisme et la guerre - Montréal, le 21 janvier 2017 - Année du centenaire de la Grande révolution socialiste d'Octobre (1917-2017):

John Pilger, dans son article, ne mentionne pas une série de faits de la plus grande importance, lorsqu'il parle de 1935. Il ne dit pas que les intellectuels de l'époque tout comme des millions de personnes dans le monde entier appuyaient les Partis communistes authentiques. En 1935, les communistes étaient formés selon les principes marxistes-léninistes. Ils avaient une idéologie et des principes : (1) la voie révolutionnaire; (2) le renversement de la bourgeoisie et l'instauration de la dictature du prolétariat, (3) l'expropriation des moyens de production des mains des capitalistes-impérialistes. En 1935, il ya avait de vrais partis communistes, il y avait l'URSS sous la direction de Staline, de dirigeants, de cadres et de millions de militantes/ants de la base, qui militaient activement et se préparaient à combattre les fascistes de Mussolini, les nazis d'Hitler, les militaristes du Japon. En 1935, il y avait la Troisième internationale, qui, à son 7ème Congrès, avait adopté la tactique du Front uni contre le fascisme et la guerre (Rapport de George Dimitrov). Bientôt, des front populaires, des fronts anti-fascistes allaient se former dans le monde entier et bientôt, en Espagne, des milliers d'anti-fascistes canadiens, états-uniens et de plusieurs autres pays allaient se jouindre aux mouvements de Résistance contre les troupes des impérialismes allemand, italien et japonais : 1 300 anti-fascistes et communistes canadiens du Bataillon MacKenzie-Papineau, des centaines de camarades des bataillons Abraham Lincoln et George Washington des États-Unis allaient combattre dans les Brigades internationales. Dans chaque pays, les intellectuels les plus conscients, les plus dévoués, les plus capables de l'époque avaient adhéré aux Partis communistes. La situation actuelle exige des intellectuels de se joindre à la lutte contre le fascisme et la guerre, dans une situation mondiale caractérisée par l'exploitation éhontée des travailleurs oar les patrons, l'oppression économique, politique et sociale de l'État capitaliste sur les peuples, le pillage des ressources naturelles de l'humanité par des monopoles, les crises économiques, écologiques, humanitaires, alimentaires causées par les banquiers et les immenses entreprises, le fascisme qui surgit dans tous les pays et le guerre permanente locale, régionale et mondiale.

Écrivez-nous, nous vous répondrons.  Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - pueblo@sympatico.ca - antonio.artuso.over-blog.com/

______________________________________

English – Français

___________________________________

Original Text in English:

«The Issue is Not Trump, It is Us» - by John PILGER – Counter Punch - Jan. 17, 2017

http://www.counterpunch.org/2017/01/17/the-issue-is-not-trump-it-is-us/

___________________________________

Traduction en français :

Le problème, ce n’est pas Trump. C’est nous - John Pilger – Counter Punch (17-01-2017) Traduit par Investig’Action (19-01-2017)

http://www.investigaction.net/le-probleme-ce-nest-pas-trump-cest-nous/#sthash.8k4T1IO1.dpuf

Introduction d'Investig'Action :

John Pilger s’amuse de ceux à qui l’élection de Trump arrachent des cris d’orfraie, alors qu’ils étaient silencieux durant ces années où Obama balançait 72 bombes par jour sur les pays les plus pauvres de la planète. Il y a pourtant une ligne droite qui a mené d’Obama à Trump.

ARTICLE «Le problème, ce n'est pas Trump, c'est nous» :

Le jour où le président Trump sera inauguré, des milliers d’écrivains aux États-Unis exprimeront leur indignation. « Pour nous guérir et aller de l’avant…, disent les membres de Writers Resist, nous voulons contourner le discours politique direct, à la faveur d’un regard inspiré sur l’avenir et sur la manière dont nous, en tant qu’écrivains, pouvons être une force unificatrice pour la protection de la démocratie ».

Et d’ajouter : « Nous exhortons les organisateurs et les orateurs locaux à éviter d’utiliser les noms de politiciens ou d’adopter la langue “anti” comme point central de leur événement Writers Resist. Il est important de veiller à ce que les organisations à but non lucratif, qui sont interdites de campagne politique, soient mises en confiance pour participer et parrainer ces événements. »

Ainsi, toute véritable protestation doit être évitée, car elle n’est pas exonérée d’impôt.

Comparez ces railleries avec les déclarations du Congrès des écrivains américains, tenu au Carnegie Hall, à New York, en 1935. Et encore deux ans plus tard. C’était des événements électriques, avec des écrivains discutant de comment ils pourraient faire face aux événements menaçants d’Abyssinie, de Chine et d’Espagne. On lisait les télégrammes de Thomas Mann, de C. Day Lewis, d’Upton Sinclair et d’Albert Einstein, reflétant la crainte que le pouvoir grandissait maintenant et qu’il était devenu impossible de discuter de l’art et de la littérature sans politique ni même action politique directe.

« Un écrivain, disait la journaliste Martha Gellhorn lors du second congrès, doit être un homme d’action présente. . . Un homme qui a donné une année de sa vie aux grèves de l’acier, aux chômeurs ou aux problèmes des préjugés raciaux, cet homme-là n’a pas perdu ni gaspillé son temps. C’est un homme qui a su ce à quoi il appartenait. Si vous deviez survivre à une telle action, vous auriez ensuite à en dire la vérité, nécessaire et réelle. Et elle durera. »

Ses mots résonnent à travers l’onction et la violence de l’ère Obama, ainsi qu’à travers le silence de ceux qui se sont rendus complices de ses tromperies.

La menace d’un pouvoir rapace était en pleine ascension bien avant la montée de Trump. Cette menace a été acceptée par les écrivains, dont beaucoup sont des privilégiés et des célébrités. Elle a aussi été acceptée par les gardiens des portes de la critique littéraire et de la culture, y compris la culture populaire. C’est indéniable. L’impossibilité d’écrire et de promouvoir une littérature dépourvue de politique, ce n’est pas pour eux. La responsabilité de s’exprimer, peu importe qui occupe la Maison-Blanche, ce n’est pas pour eux.

Aujourd’hui, le symbolisme factice est tout. L’« identité » est tout. En 2016, Hillary Clinton a stigmatisé des millions d’électeurs comme « un panier de déplorables racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes — et ainsi de suite ». Ses insultes ont été distribuées lors d’un rassemblement LGBT, dans le cadre de sa cynique campagne pour gagner les minorités en abusant d’une majorité blanche essentiellement ouvrière. C’est ce qu’on appelle diviser pour régner ; ou politique de l’identité, dans laquelle la race et le genre cachent la classe, et permettent de mener la lutte des classes. Trump l’a très bien compris.

« Quand la vérité est remplacée par le silence », a déclaré le poète dissident soviétique Yevtushenko, « le silence est un mensonge ».

Ce n’est pas un phénomène américain. Il y a quelques années, Terry Eagleton, alors professeur de littérature anglaise à l’université de Manchester, comptait que « pour la première fois en deux siècles, aucun éminent poète, dramaturge ou romancier anglais, n’était prêt à remettre en question les fondements du mode de vie occidental ».

Pas de Shelley pour parler des pauvres, pas de Blake pour les rêves utopiques, pas de Byron pour maudire la corruption de la classe dirigeante, pas de Thomas Carlyle ni de John Ruskin pour révéler la catastrophe morale du capitalisme. William Morris, Oscar Wilde, HG Wells, George Bernard Shaw n’ont aucun équivalent aujourd’hui. Harold Pinter était le dernier à se faire entendre. Aujourd’hui, parmi les voix insistantes du féminisme consumériste, nul ne fait écho à Virginia Woolf, qui a décrit « l’art de dominer les autres… de gouverner, de tuer, d’acquérir la terre et le capital ».

Il y a quelque chose à la fois de vénal et de profondément stupide à voir comment les écrivains célèbres s’aventurent hors de leur petit monde confortable pour embrasser un « problème ». Dans l’édition du 10 décembre du Guardian, il y avait cette image rêveuse de Barack Obama regardant vers le ciel, avec les mots « Incroyable élégance » et « Adieu le Chef ».

Le sycophante a couru comme un ruisseau pollué babillant à travers le journal page après page. « Il était une personne vulnérable à bien des égards…. Mais la grâce. La grâce omniprésente : dans la manière et la forme, dans l’argumentation et l’intellect, avec l’humour et la fraîcheur…. Il est un hommage flamboyant à ce qui a été, et ce qui peut être encore… Il semble prêt à continuer à se battre et reste un formidable champion à avoir de notre côté… … La grâce… les niveaux presque surréalistes de la grâce… »

J’ai compilé ces citations. Il y en a d’autres, encore plus hagiographiques et dépourvues d’atténuation. Gary Younge, le principal apologiste du Guardian pour Obama, a pour sa part toujours veillé à prudemment modérer ses propos, disant que son héros « aurait pu faire plus » : oh, mais il y avait des « solutions calmes, mesurées et consensuelles… »

Aucun d’entre eux, cependant, ne pourrait surpasser l’écrivain américain Ta-Nehisi Coates, récipiendaire d’une subvention de « génie » de 625 000 $ reçus d’une fondation libérale. Dans un essai interminable pour l’Atlantique intitulé « Mon président était noir », Coates a apporté un nouveau sens à la prosternation. Le dernier « chapitre », intitulé « Quand vous êtes parti, vous m’avez pris avec vous », une ligne tirée d’une chanson de Marvin Gaye, décrit le fait de voir les Obama « sortir de la limousine, s’élever de la peur, sourire, agiter, défier le désespoir, défier l’histoire, défier la gravité ». L’Ascension, pas moins.

Un des courants persistants de la vie politique américaine, c’est cet extrémisme du culte qui frise avec le fascisme. Cela a été exprimé et renforcé au cours des deux mandats de Barack Obama. « Je crois en l’exceptionnalisme américain avec chaque fibre de mon être », a déclaré Obama, qui a développé le passe-temps militaire favori de l’Amérique, les bombardements et les escadrons de la mort (« opérations spéciales »), comme aucune autre président ne l’a fait depuis la guerre froide.

Selon une enquête du Council on Foreign Relations, rien qu’en 2016, Obama a largué 26 171 bombes. Soit 72 bombes par jour. Il a bombardé les plus pauvres du monde, en Afghanistan, en Libye, au Yémen, en Somalie, en Syrie, en Irak et au Pakistan.

Chaque mardi — comme l’a rapporté le New York Times — Obama a personnellement choisi ceux qui seraient assassinés, principalement par des missiles Hellfire tirés depuis des drones. Des mariages, des funérailles et des bergers ont été attaqués, ainsi que ceux qui tentaient de recueillir les parties du corps composant la « cible terroriste ». Un sénateur républicain de premier plan, Lindsey Graham, a estimé, d’un air approbateur, que les drones d’Obama ont tué 4 700 personnes. « Parfois, vous frappez des innocents et je déteste ça, a-t-il dit, mais nous avons arraché quelques doyens à Al-Qaïda. »

Tout comme le fascisme des années 1930, de grands mensonges sont livrés avec la précision d’un métronome : grâce à un média omniprésent dont la description correspond désormais à celle du procureur de Nuremberg : « Avant chaque grande agression, à quelques exceptions près, ils lançaient une grande campagne de presse visant à affaiblir leurs victimes et à préparer psychologiquement le peuple allemand… Dans le système de propagande… c’était la presse quotidienne et la radio qui étaient les armes les plus importantes. »

Prenez la catastrophe en Libye. En 2011, Obama a déclaré que le président libyen Mouammar Kadhafi planifiait un « génocide » contre son propre peuple. « Nous savions… que si nous attendions un jour de plus, Benghazi, une ville de la taille de Charlotte, pourrait subir un massacre qui aurait retenti dans toute la région et entaché la conscience du monde ».

C’est le mensonge reconnu des milices islamistes confrontées à la défaite par les forces gouvernementales libyennes. Ce mensonge est devenu l’histoire des médias ; et l’OTAN — emmené par Obama et Hillary Clinton — a lancé 9 700 « sorties de frappes » contre la Libye, dont plus d’un tiers visaient des cibles civiles. On a utilisé des ogives d’uranium ; les villes de Misurata et de Syrte ont essuyé des tapis de bombes. La Croix-Rouge a identifié des fosses communes, et l’Unicef ​​a rapporté que « la plupart [des enfants tués] avaient moins de dix ans ».

Sous Obama, les Etats-Unis ont étendu les opérations secrètes de « forces spéciales » à 138 pays, soit 70 % de la population mondiale. Le premier président afro-américain a lancé ce qui représentait une invasion à grande échelle de l’Afrique. Rappelant le partage de l’Afrique à la fin du XIXe siècle, le US African Command (Africom) a construit un réseau de quémandeurs parmi les régimes africains collaboratifs avides de pots-de-vin et d’armements américains. La doctrine du « soldat à soldat » d’Africom embarque les officiers américains à tous les niveaux de commandement, du général à l’adjudant. Il ne manque plus que les casques coloniaux.

C’est comme si la fière histoire de la libération de l’Afrique, de Patrice Lumumba à Nelson Mandela, était confinée à l’oubli par l’élite coloniale noire du nouveau maître. Nouveau maître dont la « mission historique », a averti Frantz Fanon il ya un demi-siècle, est la promotion du « capitalisme effréné, bien que camouflé ».

C’est Obama qui, en 2011, a annoncé ce qui est devenu connu comme le « pivot à l’Asie », à travers lequel près des deux tiers des forces navales américaines seraient transférés vers l’Asie-Pacifique pour « affronter la Chine », selon les mots de son Secrétaire à la Défense. Il n’y avait pas de menace de la part de la Chine ; toute l’entreprise était inutile. C’était une provocation extrême pour garder le Pentagone et ses gradés déments heureux.

En 2014, l’administration Obama a supervisé et financé un coup d’État fasciste en Ukraine contre le gouvernement démocratiquement élu, menaçant la Russie dans cette frontière occidentale par laquelle Hitler avait envahi l’Union soviétique, causant la perte de 27 millions de vies. C’est Obama qui a pointé des missiles en Europe de l’Est en direction de la Russie. Et c’est le lauréat du Prix Nobel de la Paix qui a augmenté les dépenses en ogives nucléaires à un niveau supérieur à celui de tous les gouvernements depuis la guerre froide — alors qu’il avait promis, dans un émouvant discours prononcé à Prague, d’« aider à débarrasser le monde des armes nucléaires ».

Obama, l’avocat constitutionnel, a poursuivi plus de lanceurs d’alerte que n’importe quel autre président dans l’histoire, même si la Constitution américaine les protège. Il a déclaré Chelsea Manning coupable avant la fin d’un procès qui était une parodie. Il a refusé de grâcier Manning qui a subi des années de traitements inhumains considérés par les Nations Unies comme des actes de torture [Le 17 janvier, après la publication originale de cet article, Obama a annoncé la grâce de Manning, NDT]. Il a pourchassé Julian Assange à travers un procès entièrement bidon. Il a promis de fermer le camp de concentration de Guantanamo et ne l’a pas fait.

Après la catastrophe des relations publiques de George W. Bush, Obama, le smooth operator de Chicago passé par Harvard, a été enrôlé pour restaurer ce qu’il appelle le « leadership » des Etats-Unis à travers le monde entier. La décision du comité du prix Nobel en faisait partie : une sorte de racisme inversé qui béatifiait l’homme sans autre raison que d’attirer les sensibilités libérales et, bien sûr, le pouvoir américain, à défaut d’attirer les enfants qu’il tue dans des pays démunis, principalement musulmans.

C’est l’Appel d’Obama. Il n’est pas sans rappeler le sifflement d’un chien : inaudible pour la plupart, irrésistible pour les méchants et les sots, surtout les « cerveaux libéraux décapés dans le formaldéhyde de la politique identitaire », comme le disait Luciana Bohne. « Quand Obama entre dans une pièce, s’est épanché George Clooney, vous voulez le suivre quelque part, n’importe où. »

William I. Robinson est professeur à l’Université de Californie et membre d’un groupe non contaminé de penseurs stratégiques américains qui ont conservé leur indépendance pendant les années de sifflement intellectuel depuis le 11 septembre. Il a écrit cette semaine :

« Le président Barack Obama… a peut-être fait plus que quiconque pour assurer la victoire de [Donald] Trump. Tandis que l’élection de Trump a déclenché une expansion rapide des courants fascistes dans la société civile américaine, une issue fasciste pour le système politique est loin d’être inévitable…. Mais cette lutte exige un peu de clarté sur la façon dont nous sommes arrivés au bord d’un précipice aussi dangereux. Les semences du fascisme du 21e siècle ont été plantées, fertilisées et arrosées par le gouvernement Obama et l’élite libérale en faillite politique. »

Robinson souligne que « le fascisme est avant tout une réponse aux profondes crises structurelles du capitalisme, comme celle des années 1930 et celle qui a débuté avec la crise financière de 2008 (…). Il y a une ligne presque droite d’Obama à Trump… Le refus de l’élite libérale de contester la rapacité du capital transnational ainsi que sa marque de politique identitaire ont éclipsé le langage des classes ouvrières et populaires… Ce refus a ainsi poussé les travailleurs blancs dans une “identité” de nationalisme blanc et a aidé les néo-fascistes à les organiser ».

Ce semis est la République de Weimar d’Obama, un paysage de pauvreté endémique, de police militarisée et de prisons barbares : la conséquence d’un extrémisme « de marché » qui, sous sa présidence, a entraîné le transfert de 14 mille milliards de dollars de deniers publics vers Wall Street.

Peut-être que son plus grand « héritage » est la cooption et la désorientation de toute opposition réelle. La « révolution » spécieuse de Bernie Sanders ne trouve pas d’application concrète. La propagande est son triomphe.

Les mensonges au sujet de la Russie — où les États-Unis sont déjà intervenus ouvertement dans les élections — ont fait des journalistes les plus importants du monde la risée de tous. Dans le pays dont la presse est la plus libre au monde, le journalisme libre n’existe plus que dans ses honorables exceptions.

L’obsession de Trump est une couverture pour beaucoup de ceux qui se disent de « gauches/libéraux ». Comme s’ils voulaient revendiquer une forme de décence politique. Ils ne sont pas « de gauche », et encore moins « libéraux ». Une grande partie de l’agression américaine contre le reste de l’humanité est venue de prétendus gouvernements démocrates libéraux — comme celui d’Obama. Le spectre politique de l’Amérique s’étend du centre mythique à la droite lunaire. Les « gauchistes » sont des renégats sans abri que Martha Gellhorn a décrits comme une « fraternité rare et tout à fait admirable ». Elle exclut ceux qui confondent la politique avec l’obsession de leur nombril.

Tandis qu’ils « guérissent » et « vont de l’avant », les militants de Writers Resist et d’autres anti-Trumpistes réfléchiront-ils à cela ? Plus précisément : quand un véritable mouvement d’opposition surgira-t-il ? En colère, éloquent, dans le style un pour tous, tous pour un ? Jusqu’à ce que la vraie politique revienne dans la vie des gens, l’ennemi n’est pas Trump, c’est nous-mêmes.

Source originale: Counter Punch

Traduit de l’anglais par Investig’Action

Source: Investig’Action

http://www.investigaction.net/le-probleme-ce-nest-pas-trump-cest-nous/#sthash.8k4T1IO1.xmd9MSfD.dpuf

 

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 22:41
angelo4ny@aol.com
25 décembre 2016 à 02:29
In Defense of Communism: USSR 1991 – History did not end with the counterrevolution; Socialism is timely and necessary.
https://communismgr.blogspot.com/2016/12/ussr-1991-history-did-not-end-with.html
Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 21:15

---------- Message d'origine ----------
De : MARTIN SAWMA <martin_sawma@yahoo.com>
Date : 13 janvier 2017 à 00:09
Sujet : Israeli Airstrikes Target Military Airport in Damascus; Syria to Respond
 

Israeli Airstrikes Target Military Airport in Damascus – Syrian State TV
 
SputnikNews.com, 02:29 13.01.2017 (updated 03:53 13.01.2017), Accessed 12.01.2017 pm ET
Pictures and Twitter Images at Below URL for the Article
 
A Mezzah military air facility was struck by several explosions near the Syrian capital of Damascus. Israeli rockets took aim at an ammunitions hub, producing an enormous explosion, according to Syrian state TV.
 
"Rockets strike at Mezzeh Military airport in Damascus minutes ago," Hadi al-Bahra, former president of the National Coalition of Syrian Revolution and Opposition Forces said on Twitter in the early hours of Friday, posting pictures of the explosions. The blasts were reportedly caused by heavy bombing conducted by Israel, local activists and journalists reported on Twitter.
 
The airport is a major strategic asset used by Syrian elites, military officials and troops as a transit complex. ​
 
The Syrian government also used the airport as a military outpost to launch artillery shells at former rebel-held areas in the suburbs of Damascus. ​
 
The death toll from the attacks has yet to be determined, according to a journalist on the ground.
The airstrikes "may have taken out Syrian commanders," according to Georgetown Center for Security Studies' John Arterbury. 
 
Syrian state TV says that the Israeli military conducted the airstrike. The Israeli military declined comment.
 
Earlier in the day, a suicide bomber killed seven people and left many more wounded.
Following the attacks, a Syrian Army spokesman warned that Israel would face repercussions of the "flagrant" attack on the Mezzah military airport. A spokesman was also quoted on Syrian state TV saying that the projectiles originated near Lake Tiberias in northern Israel just after midnight.
 
Syrian Army warns Israel it will respond after military airport bombed near Damascus
 
RT.com: Published 13 Jan, 2017 00:21; Edited 13 Jan, 2017 02:02; Accessed 12 Jan, 2017 p, ET
 Pictures and Images of Tweets at the Below URL for the Article
 
Syrian state news agency SANA says Israeli jets have bombed the Mezzeh military airport west of Damascus, accusing Tel Aviv of supporting terrorism. The airport was rocked by multiple explosions, with ambulances rushing to the scene.
The Syrian Arab Army has warned that there will be repercussions for Israel for the “flagrant attack” on the military base, state TV said, citing a Syrian army command spokesman. It also linked the alleged strike to Israel’s “support of terrorist groups.”
 
The army said several missiles were fired at the Mezzeh airport’s compounds from the Lake Tiberias area in northern Israel at about 12am Friday. The strike reportedly damaged one of the compounds of the crucial military facility.
The Mezzeh airport is located west of Damascus, just 5 kilometers from the Presidential Palace, the official residence of Syrian President Bashar Assad.
There was no information on the death toll resulting from the airstrike immediately available. The base is reported to house Syria’s elite Republican Guards and Special Forces.
Footage from the scene with heavy fire and the sounds of explosions has surfaced on social media. Multiple reports from journalists and activists on the ground described the bombing, with the opposition also reporting there were rockets fired.
“Rockets strike at Mezzeh Military airport in Damascus minutes ago,” tweeted Hadi al-Bahra, former president of the National Coalition of Syrian Revolution and Opposition Forces.
This is the second time in two months the Israeli Defense Force (IDF) has being accused by the Syrian government of targeting Syrian positions from Israeli territory. 

On December 7, SANA reported that “several surface-to-surface missiles” were launched by the IDF from the Golan Heights. At the time, the source in the Syrian armed forces slammed the attack as a “desperate attempt” by Israel to endorse terrorists.  
 
On Thursday, at least nine people were killed and several others injured as result of a suicide attack in the Kafr Sousa neighborhood in Damascus. The terrorist had reportedly detonated an explosive belt near the al-Muhafaza sports club, SANA reported. RT’s Lizzie Phelan reported, citing a National Defense Forces (NDF) commander on the ground, that allegedly as many as five perpetrators took part in the attack, out of which three managed to escape and one was killed by a sniper. 
 
DETAILS TO FOLLOW
Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 22:22
Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 20:22

 

NETUREI KARTA INTERNATIONAL – Jews United Against Zionism - www.nkusa.org

NETUREI KARTA INTERNATIONAL – Juifs unis contre le sionisme - www.nkusa.org

NETUREI KARTA INTERNATIONAL – Judíos Unidos Contra el Sionismo - www.nkusa.org

 

ENGLISH (original) + FRANÇAIS (traduction) + ESPAÑOL (traducción)

 

ENGLISH (original)

NETUREI KARTA INTERNATIONAL – Jews United Against Zionism - www.nkusa.org

http://www.nkusa.org/activities/demonstrations/eventselection.cfm?EventID=9

Statement in Reaction to U.N. Security Council Resolution Condemning Israeli Settlements

New York, NY

December 26, 2016

On behalf of anti-Zionist Jews worldwide, we of Neturei Karta International, Jews United Against Zionism, greet with enthusiasm the recent United Nations Security Council resolution 2334 condemning Israeli settlements as illegal. For decades, the settlements have been a major cause for bloodshed and unrest in the Holy Land. Hundreds of innocent lives have been sacrificed on the altar of nationalism and lust for land. We congratulate the countries in the Security Council for taking this long-overdue step toward justice and peace. And in particular, we congratulate the President of the State of Palestine, Mahmoud Abbas, on his success in achieving the passage of this resolution.

At the same time, we wish to reiterate the Torah position that it is not just the West Bank that is illegally occupied. Jews have been sent into exile by the Almighty, and any kind of Jewish sovereignty over any territory is a violation of that decree. Therefore the concept of the State of Israel is entirely illegitimate and forbidden. The crime is compounded when the creation of this homeland entails the occupation, oppression, subjugation and expulsion of another people. Before the era of Zionism, Jews lived in Palestine in peace and security, side by side with the Palestinian Arab population. We fervently hope for the day when Jews return to abiding by the laws of the Torah and living in peace with all peoples.

As Jews, we have always been especially pained by the actions of the State of Israel in general, and the radical settlers in particular, since they claim to be acting in our name.

Predictably, Israeli Prime Minister Netanyahu has reacted with anger to this clear demonstration of unanimous world opinion against his state's crimes. Drawing on Jewish themes, he has cast himself in the role of the Maccabee fighters whose victories we celebrate on Chanukah, and the Security Council nations as their enemies. Let no one be fooled. The State of Israel has nothing to do with Judaism, and on the contrary, it has consistently tried to extinguish Torah observance and values. The Torah values life and service of the Almighty, while Zionism values land conquest and secular culture. The Maccabees did not go to battle for freedom or independence; they wanted only the right to continue to practice Judaism. If any comparison is to be made to the Chanukah story, it is of Netanyahu and his fellow Zionists to the enemies of the Jewish people in the time of the Maccabees.

Netanyahu has vowed to continue building settlements, but we appeal to the world to realize that the Jewish people in general are not behind him. This show of defiance against the world community and the United States for taking up a just cause is completely against the Torah. American Orthodox Jews in particular, as loyal citizens enjoined by the Torah to respect their president, are embarrassed and completely disgusted by Netanyahu and his supporters’ vicious attacks on President Obama.

We also wish to state that the Zionists have no right to control the Western Wall and other holy sites of Jerusalem. All claims the Israeli government makes to these places are baseless. Furthermore, the recent U.N. General Assembly resolution that the State of Israel has no right to impose its laws on these places, in no way detracts from the holiness of these sites in the eyes of Jews.

In these days of Chanukah, may the Almighty send a spirit of repentance into Jewish hearts, so that they look into the Torah and resolve to follow its guidance. And may we be privileged to see peace in the Middle East and the entire world. Amen.

NKI is a nonprofit religious Jewish organization committed to publicizing the viewpoint of masses of anti-Zionist Orthodox Jews worldwide, who strongly oppose the State of Israel and its actions.

For more information visit www.nkusa.org

 

FRANÇAIS (traduction)

NETUREI KARTA INTERNATIONAL – Juifs unis contre le sionisme - www.nkusa.org

Texte original en anglais :

http://www.nkusa.org/activities/demonstrations/eventselection.cfm?EventID=9

Déclaration en réaction à la résolution du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies condamnant les colonies israéliennes

New York, NY, États-Unis

Le 26 décembre 2016

Au nom des juifs antisionistes du monde entier, nous, Neturei Karta International, Juifs unis contre le sionisme, saluons avec enthousiasme la récente résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations Unies condamnant les colonies israéliennes comme étant illégales. Pendant des décennies, les colonies ont été une cause majeure d'effusion de sang et de troubles en Terre Sainte. Des centaines de vies innocentes ont été sacrifiées sur l'autel du nationalisme et de la convoitise pour la terre. Nous félicitons les pays du Conseil de sécurité d'avoir pris cette mesure depuis longtemps attendue vers la justice et la paix. Et en particulier, nous félicitons le président de l'État de Palestine, Mahmoud Abbas, pour son succès dans l'adoption de cette résolution.

Nous voulons, en même temps, réitérer la position de la Torah selon laquelle ce n'est pas seulement la Cisjordanie qui soit occupée illégalement. Les juifs ont été envoyés en exil par le Tout-Puissant, et toute sorte de souveraineté juive sur quelque territoire que ce soit constitue une violation de ce décret. Le concept d'un État d'Israël est, par conséquent, entièrement illégitime et interdit. Ce crime est aggravé par le fait que la création de ce pays implique l'occupation, l'oppression, l'assujettissement et l'expulsion d'un autre peuple. Avant l'ère du sionisme, en Palestine, les juifs vivaient en paix et en sécurité, côte à côte avec la population arabe palestinienne. Nous espérons ardemment le jour où les juifs respecteront à nouveau les lois de la Torah et vivront en paix avec tous les peuples.

En tant que Juifs, nous avons toujours été particulièrement consternés par les actions de l'État d'Israël en général, et des colons radicaux en particulier, étant donné qu'ils prétendent agir en notre nom.

Comme il fallait s’y attendre, le premier ministre d’Israël, Netanyahou, a réagi avec colère à cette manifestation claire d’unanimité de l'opinion mondiale contre les crimes de son État. S'appuyant sur des thèmes juifs, il s'est comparé aux combattants macchabées, dont nous célébrons les victoires à la Hanoucca, et a attribué aux nations du Conseil de sécurité le rôle de leurs ennemis. Que personne ne se trompe. L'État d'Israël n'a rien à voir avec le judaïsme; au contraire, il a constamment essayé de mettre fin à l'observance et aux valeurs de la Torah. La Torah attache une grande valeur à la vie et au service du Tout-Puissant, alors que le sionisme considère important la conquête de la terre et la culture laïque. Les Maccabées n'ont pas combattu pour la liberté ou l'indépendance; ils voulaient seulement avoir le droit de continuer à pratiquer le judaïsme. Si l'on veut établir une comparaison avec l'histoire de la Hanoucca, Netanyahou et ses compagnons sionistes d’aujourd’hui correspondent aux ennemis du peuple juif du temps des Macchabées.

Netanyahou a promis de continuer à construire des colonies, mais nous exhortons les peuples du monde à se rendre compte que les juifs ne l’appuient pas de façon générale. Cet acte de défi contre la communauté mondiale et contre les États-Unis, parce que ceux-ci ont appuyé une cause juste, va totalement à l’encontre de la Torah. Les juifs orthodoxes étatsuniens, en particulier, en tant que citoyens loyaux et fidèles aux ordonnances de la Torah, qui demande le respect de leur président, sont indignés et mécontents en raison des reproches odieuses de Netanyahu et de ses partisans contre le président Obama.

Nous déclarons également que les sionistes n'ont pas le droit de contrôler le mur des lamentations et les autres lieux saints de Jérusalem. Toute revendication du gouvernement israélien concernant ces lieux sont sans fondement. De plus, la récente résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies selon laquelle l'État d'Israël n'a pas le droit d'imposer ses lois sur ces lieux ne diminue en rien la sainteté de ces sites aux yeux des juifs.

En ces jours de Hanoucca, que le Tout-Puissant suscite un esprit de repentance dans les cœurs juifs pour qu'ils se tournent vers la Torah et décident de suivre ses orientations. Et que nous ayons le privilège de voir la paix s’installer au Moyen-Orient et dans le monde entier. Amen.

Neturei Karta International (NKI) est une organisation sans but lucratif religieuse juive vouée à la diffusion des points de vue du grand nom de juifs orthodoxes antisionistes du monde entier, qui s'opposent fermement à l'État d'Israël et à ses actions.

Pour plus d'informations, visitez le site www.nkusa.org

 

ESPAÑOL (traducción)

NETUREI KARTA INTERNATIONAL – Judíos Unidos Contra el Sionismo - www.nkusa.org

Texto original en Inglés:

http://www.nkusa.org/activities/demonstrations/eventselection.cfm?EventID=9

Declaración en respuesta a la resolución del Consejo de Seguridad de la Organización de las Naciones Unidas que condena los asentamientos israelíes

New York, NY, Estados Unidos

26 de diciembre de 2016

En el nombre de los judíos anti-sionistas del mundo, nosotros, Neturei Karta International, Judíos Unidos Contra el Sionismo, saludamos con entusiasmo la reciente resolución 2334 del Consejo de Seguridad de la Organización de las Naciones Unidas (ONU), que condena los asentamientos israelíes como siendo ilegales. Durante décadas, los asentamientos han sido una causa importante de derramamiento de sangre y disturbios en la Tierra Santa. Cientos de vidas inocentes han sido sacrificados en el altar del nacionalismo y la codicia por la tierra. Felicitamos a los países del Consejo de Seguridad por haber tomado esta medida hacia la justicia y la paz esperada desde hace mucho tiempo. Y, en particular, felicitamos al Presidente del Estado de Palestina, Mahmud Abbas, por su éxito en la adopción de esta resolución.

Queremos, al mismo tiempo, reiterar la posición de la Torá según la cual no sólo la Cisjordania está ocupada ilegalmente. Los judíos fueron enviados al exilio por el Todopoderoso, y cualquier tipo de soberanía judía sobre cualquier territorio constituye una violación de este decreto. Por tanto, el concepto de un Estado de Israel es totalmente ilegítimo y prohibido. Este crimen es agravado por el hecho de que la creación de este país implica la ocupación, la opresión, el sometimiento y la expulsión de otro pueblo. Antes de la era del sionismo, en Palestina, los judíos vivían en paz y en seguridad con la población árabe palestina. Esperamos fervientemente el día en que los judíos volverán a respectar las leyes de la Torá y a vivir en paz con todos los pueblos.

Como judíos, siempre hemos sido particularmente consternados por las acciones del Estado de Israel en general y de los colonos radicales en particular porque pretenden actuar en nuestro nombre.

Como era de esperar, el primer ministro israelí, Netanyahu reaccionó con enojo a esta clara manifestación de la unanimidad de la opinión mundial contra los crímenes de su Estado. Apoyándose sobre temas judíos, él se ha comparado con los combatientes Macabeos, cuyas victorias celebramos durante la Janucá, y asigna a las naciones del Consejo de Seguridad el papel de sus enemigos. Nadie debe equivocarse. El Estado de Israel no tiene nada que ver con el judaísmo; por el contrario, siempre trató poner fin a la observancia de la Torá y de sus valores. La Torá atribuye un gran valor a la vida y al servicio del Omnipotente, mientras el sionismo considera importante la conquista de la tierra y la cultura secular. Los Macabeos no han luchado por la libertad y la independencia; sólo querían tener el derecho de seguir practicando el judaísmo. Si deseamos hacer una comparación con la historia de la Janucá, Netanyahu y su seguidores sionistas hoy corresponden a los enemigos de los judíos de la época de los Macabeos.

Netanyahu se comprometió a continuar la construcción de asentamientos, pero instamos a los pueblos del mundo de se dar cuenta de que los judíos no la apoyan de manera general. Este acto de desafío en contra de la comunidad internacional y de los Estados Unidos, por haber apodo a una causa justa, va totalmente en contra de la Torá. Los judíos ortodoxos de Estados Unidos, en particular, como ciudadanos leales y fieles a las prescripciones de la Torá, que pide el respeto de su presidente, están indignados y descontentos con las acusaciones odiosas de Netanyahu y sus seguidores contra el Presidente Obama.

También declaramos que los sionistas no tienen el derecho de controlar el Muro de los Lamentos y otros lugares sagrados de Jerusalén. Cualquier reclamación por el gobierno de Israel con respecto a estos lugares carecen de fundamento. Por otra parte, la reciente resolución de la Asamblea General de la ONU que el Estado de Israel no tiene derecho a imponer sus leyes en estos lugares no disminuye la santidad de estos sitios en los ojos de los judíos.

En estos días de Janucá, que el Todopoderoso despierte un espíritu de arrepentimiento en los corazones judíos, que escuchen la Tora y decidan seguir sus instrucciones. Y que tengamos el privilegio de ver la paz instalarse en el Oriente Medio y en todo el mundo. Amén.

Neturei Karta International (NKI) es una organización sin fines lucrativos religiosa judía dedicada a la difusión de las opiniones del gran numero de judíos ortodoxos antisionistas en todo el mundo, que se oponen fuertemente al Estado de Israel y sus acciones.

Para obtener más información, visite www.nkusa.org

 

 

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 21:54
Footage on Jewish support to recent UN resolution condemning Israeli settlements
 
Neturei Karta - Orthodox Jews united against Zionism - an international organization of Orthodox Jews dedicated to the propagation and clarification of Torah Judaism.e-mail : 2628342@gmail.com>

Dear reporter/editor

I am enclosing here footage on recent activities of Neturei Karta that you may feel free to use.

If you do decide on using some of these items, I would highly appreciate if you be please send us a copy of link.

Thank you

Rabbi Dovid Feldman

 

Statement in Reaction to U.N. Security Council Resolution Condemning Israeli Settlements

http://www.nkusa.org/activities/demonstrations/eventselection.cfm?EventID=9

 

Video of NKI press conference outside the United Nations headquarters in New York City

https://www.youtube.com/watch?v=vZRZ1yUtZGY

 

Photos at the UN

https://www.facebook.com/179895388749404/photos/pb.179895388749404.-2207520000.1483129757./1357654477640150/?type=3&theater

 

Video of NKI press conference at the White House in Washington DC

https://www.youtube.com/watch?v=Z7_nEbHnVCw

 

Photo at the White House

https://www.facebook.com/179895388749404/photos/a.365223273549947.82259.179895388749404/1359387600800171/?type=3

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 20:54

Ré-édition : Histoire du mouvement communiste international (1948-1917) - 1ère partie : Origines et développent du marxisme - Éditions du peuple, Shanghai, 1976 - Éditions du centenaire, Paris, 1978 - Éditions étoile rouge / Red Star Publishers, Montréal, 2016 - Contactez-nous : Courriel : pueblo@sympatico.ca

Histoire du mouvement communiste international (1948-1917) - 1ère partie : Origines et développent du marxisme - Éditions du peuple, Shanghai, 1976 - Éditions du centenaire, Paris, 1978

Histoire du mouvement communiste international (1948-1917) - 1ère partie : Origines et développent du marxisme - Éditions du peuple, Shanghai, 1976 - Éditions du centenaire, Paris, 1978

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 17:42

Qu'est-ce qu'un cercle d'études marxistes-léninistes de Reconstruction communiste Canada

Un cercle d'études marxiste-léniniste est, en général, constitué d'au maximum 10 personnes, qui veulent étudier et approfondir par des discussions toutes les questions économiques, politiques, sociales.

Le marxisme-léninisme est la doctrine qui vise la construction du socialisme par la voie révolutionnaire, la dictature du prolétariat et la confiscation des moyens de production des mains des capitalistes pour construire la société socialiste.

Objectifs de Reconstruction communiste Canada ::

-1-la reconstruction du mouvement communiste au Canada et du Mouvement communiste international sur la base des principes de Marx et d'Engels, de Lénine et de Staline, et de l'Internationale communiste, et

-2-la construction, au Canada, d'un Front uni contre le fascisme et la guerre, unissant les forces politiques et sociales qui luttent contre le néolibéralisme, le fascisme et la guerre.

Programme d'études et de débats des cercles marxistes-léninistes :

Les participants d'un cercle étudient et débattent en profondeur de toutes les questions concernant les questions économiques, politiques et sociales au niveau national et international :

-1-le système capitaliste-impérialiste, qui est basé sur (1) l'exploitation des travailleurs par la classe des capitalistes (la bourgeoisie); (2) l'oppression économique, politique et sociale des peuples par l'État capitaliste, (3) le pillage des richesses naturelles par les monopoles; (4) les crises économiques, écologiques, alimentaires, humanitaires causées par la gestion de l'économie et des moyens de production aux niveaux nationaux et international; (5) le fascisme et (6) les guerres impérialistes constantes;

-2-le socialisme scientifique résultant dees théories et des pratiques adoptées par Marx et Engels, par Lénine et Staline à partir de l'étude de la lutte de classe à travers les sièces (communisme primitif, esclavage antique, féodalisme, capitalisme) qui conduiront au socialisme et à la société sans classe et sans État, le communisme;

-3-la situation économique, politique, et les étapeset les société organisations politiques ,

-les réunions de chaque cercle ont lieu deux fois par mois et durent 3 heures..

Textes étudiés sur une période d'une année :

-1-Histoire du mouvement communiste international (1848-1917) - Partie 1 - Origines et développement du marxisme - Éditions du peuple, Changhai, 1976 - Editions du Centenaire, Paris, 1978;

-2-Manifeste du Parti communiste - Karl Marx et Friedrich Engels - 1848;

-3-Le matérialisme dialectique et le matérialisme historique - Extrait de l'Histoire d Parti communiste (bolchévik) de l'URSS - Précis rédigé par une commission du Comité central du PC(b) de l'URSS - 1938 - Éditions en langues étrangères, Moscou 1949;

-3-L'impérialisme, stade suprême du capitalisme -

-4-L'État et la révolution - La doctrine marxiste de l'État et les tâches du prolétariat dans la révolution - Lénine - 1917;

-5-Que faire? Les questions brûlantes de notre mouvement - Lénine - 1902;

-6-La maladie infantile du communisme ("le gauchisme") - Lénine - 1920.

Pour plus d'informations écrivez-moi : Antonio Artuso

Courriel : pueblo@sympatico.ca

 

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 22:33

Lénine - Extrait de «La maladie infantile du communisme ("le gauchisme")» - Page 118 (Voir ci-dessous notre autocritique)

«Vous vous imaginez vous-mêmes "terriblement révolutionnaires", chers boycottistes et antiparlementaires, mais en fait vous avez pris peur devant les difficultés, relativement peu importantes, de la lutte contre les influences bourgeoises dans le mouvement ouvrier, alors que votre victoire, c'est-à-dire le renversement de la bourgeoisie et la conquête du pouvoir politique par le prolétariat sucitera ces même difficultés dans une proportion encore plus grande, infiniment plus grande.  Tels des enfants, vous avez pris peur devant la petite difficulté qui se présente à vous, aujourd'hui, sans comprendre que, demain et après-demain, vous aurez à parfaire votre éducation, à apprendre à triompher de ces mêmes difficultés, en des proportions infiniment plus vastes.

Sous le pouvoir des Soviets, il s'insinuera dans votre parti et dans le nôtre, le parti du prolétariat, un nombre encore plus grand d'intellectuels bourgeois.  Ils s'insinueront dans les Soviets et dans les tribunaux, et dans les administrations, car on ne peut bâtir le communisme qu'avec le matériel humain créé par le capitalisme; il n'en existe pas d'autre.  On ne peut ni bannir, ni détruire les intellectuels bourgeois, il faut les vaincre, les transformer, les refondre, les rééduquer, comme du reste il faut rééduquer au prix d'une lutte de longue haleine, sur la base de la dictature du prolétariat, les prolétaires eux-mêmes qui, eux non plus, ne se débarrassent pas de leurs préjugés petits-bourgeois subitement, par miracle, sur l'injonction de la Sainte Vierge, sur l'injonction des mots d'ordre, d'une résolution, d'un décret, mais seulement au prix d'une lutte de masse, longue et difficile, contre les influences des masses petites-bourgeoisies.  Sous le pouvoir des Soviets, ces mêmes problèmes qu'aujourd'hui l'antiparlementaire rejette loin de lui d'un seul geste de la main, si orgueilleusement, avec tant de hauteur, d'étourderie, de puérilité, renaissent au sein des Soviets, au sein des administrations soviétiques, parmis les "défenseurs" soviétiques (nous avons supprimé en Russie, et nous avons bien fait de supprimer le barreau bourgeois, mais il renaît chez nous sous le manteau des "défenseurs" soviétiques, parmi les ouvriers privilégiés, c'est-à-dire les plus qualifiés, et placés dans les meilleures conditions dans les usines soviétiques, nous vouons continuellement renaitre tous, absolument tous les traits négatifs propres au parlementarisme bourgeois; et ce n'est que par la une lutte répétée, inlassable, longue et opiniâtre de l'esprit d'organisation et de discipline du prolétariat que nous triomphons - peu à peu - de ce mal.»

Autocritique de AA de RCC :

En 2011, j'ai adopté au nom de Reconstruction communiste Canada, la position de boycotter les élections fédérales canadiennes.  Marx et Lénine considéraient importante la participation de communistes dans les parlements, en faisant, comme le disait Lénine, l'analyse concrète de la situation concrète.

Les communistes doivent combattre à la fois (1) l'opportunisme de droite, qui consiste à s'appuyer sur des idées et des mouvements bourgeois, et (2) l'opportunisme de "gauche", qui consiste à éviter le travail difficile de lutter sur tous les fronts de lutte, y compris la lutte parlementaire et la lutte dans les syndicats dont les dirigeants pratiquent la collaboration de classe et non la lutte de classe.

La position erronée et anti-marxiste-léniniste que j'ai adoptée vient du fait que je ne saisissait pas l'importance de mener à la fois :

(1) le travail communiste (défendre la voie révolutionnaire, la dictature du prolétariat et l'expropriation de moyens de production entre les mains des capitalistes afin d'édifier la société socialiste;

(2) le travail de front uni des forces politiques et sociales saines contre les politiques anti-démocratiques, fascistes et pour les guerres impérialistes.

Nous vous invitons à nous faire part de vos commentaires.

Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - Pour un front uni contre le fascisme et la guerre - pueblo@sympatico.ca

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • : But : Reconstruction d'un et d'un seul parti communiste au Canada, dans chaque pays et d'un et d'un seul Mouvement communiste international. À l'étape actuelle, la formation théorique-idéologique sur la doctrine de Marx et d'Engels, et de Lénine et de Staline est essentielle - (1) élaboration d'un programme d'études: (2) formation de cercles d'études marxistes-léninistes
  • Contact

Vidéo sur le 11 septembre 2001

Recherche

Hymne de l'U.R.S.S.

Images historiques

    Staline - imagesCAZWBVDE

                                                                                                                                                                                          Staline n'a pas quitté Moscou encerclée par les troupes nazies

Pages