Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 06:25

_____________________________________________________________

 

AA - Chris Hedges - témoin de la société étatsunienne - Le fascisme de type nouveau et le conditionnement des classes moyennes

       

Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada

1ère version : 15 jan. 2014 - 2ème version : 15 jan. 2014

Blog : antonio.artuso.over-blog.com - Courriel : pueblo@sympatico.ca

____________________________________________________________


Conditionnement des classes moyennes par les appareils idéologiques de la bourgeoisie et de son État (médias, écoles, universités, etc.) : consumérisme, ignorance, individualisme, attitude de «chacun-pour-soi», apolitisme, politique de l'autruche, cynisme, etc.

 

Dans ses livres, l'ex-séminariste, journaliste, correspondant de guerre pendant 20 ans et auteur Chris Hedges, récipiendaire du prix Pulitzer, décrit la société étatsunienne et lance un appel à une révolution pacifique :

 

- American Fascists - The Christian Right and the War on America - 2007

 

- Empire of Illusion - The End of Literacy and the Triumph of Spectacle - 2009

 

The World as It Is - Dispatches on the Myth of Human Progress - 2010

 

- The Death of the Liberal Class - 2010

 

Les descriptions de la société étatsunienne (économie, politique, faits sociaux, idéologies qui se combattent, etc.) faites par Chris Hedges sont justes.

 

Mais Hedges n'est pas matérialiste-dialectique.

 

Il refuse d'aller jusqu'au bout de son analyse sur la lutte de classe et de la rupture, par la violence et par la guerre révolutionnaire, du mode de production capitalisme vers le mode de production socialiste.

 

Aux États-Unis, un critique qui proposerait le marxisme-léninisme serait complètement discrédité et ses livres seraient proscrits, mais, Hedges a peut-être choisi d'écrire sans poursuivre ses jusqu'au bout.  Descartes, aussi, dans son «Discours de la méthode», qui présente quelques fondements de la méthode scientifique, entre autre la nécessité de faire table rase de tout ce qui n'est pas prouvé par la mesure, affirme l'existence de Dieu pour ne pas se retrouver dans les geoles ou sur un bûcher de l'Inquisition.  L'astronome Giordano Bruno, a été brûlé par l'Église pour ses idées scientifiques.  Et l'astronome Gallilée, lui aussi menacé pour ses théories scientifiques, a préféré nier ses conclusions pour avoir la vie sauve.

 

Mais dans le cas de Hedges, dont la pensée demeure profondément idéaliste, chrétienne, humaniste, trouve insoutenable les souffrances qu'ont engendré, tout au long de l'histoire, la lutte de classe.  Il suit plutôt les enseignements de Jésus, de Gandhi, de Martin Luther King Jr., qui apportent des solutions partielles et superficielles à la lutte de classe (exploitation, oppression, pillage, crises, fascisme et guerres).

 

Les enseignements de Jésus, s'ils ont été fidèlement rapportés par les apôtres, étaient les suivants : «mon règne n'est pas de ce monde» (il y a deux monde, l'un matériel et l'autre surnaturel), «tendre l'autre joue» (non-violence jusqu'à la croix), «tout pouvoir vient de Dieu» (le pouvoir des dirigeants vient de Dieu et il ne faut pas le contester), «donner à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu» (reconnaître l'État, payer les impôts et obéir à l'État et aux classes dominantes.

 

La théorie marxiste-léniniste est matérialiste et non idéaliste.  Ce n'est pas une morale, c'est une science.  Elle est basée sur l'élément conscient (Lénine), c'est-à-dire sur l'étude et l'expérimentation dans la lutte pour atteindre le socialisme puis le communisme.

 

Certains parlent de «morale communiste» dans le sens de «code de conduite» des militantes/ants communistes.  Marx exigeait qu'il n'y a pas de divergeance entre nos théories et nos pratiques, entre ce que nous disons et ce que nous faisons.

 

Les communistes doivent être conséquents et appliquer rigoureusement les théories qu'ils prônent dans leur pratique : agir correctement, défendre la vérité, appliquer la justice, la démocratie prolétarienne, le centralisme démocratique, la participation à la lutte de classe, etc.

 

Les communistes ne peuvent pas être des communistes de salon, des théoriciens dans leur tour d'ivoire, des moralistes petit-bourgeois qui prêchent la théorie et ne participent pas aux luttes jusqu'au dernières conséquences de celles-ci.

 

Le code de conduite des communistes n'est pas une morale idéaliste coupée de la réalité.  Il exige l'analyse et l'action, un niveau élevé, individuel et collectif, de connaissance de la réalité, l'analyse et la participation constante à la lutte de classe.

 

Il est basée sur les intérêts du prolétariat, qui exigent le reversement du système capitaliste et l'instauration du socialisme, pour éliminer la souffrance, c'est-à-dire l'exploitation, l'oppression, le pillage, les crises, le fascisme et les guerres.  Elle n'a rien à voir avec la morale bourgeoise hypocrite des classes dominantes, totalement amorales ou véritablement immorales du point de vue de la véritable morale chrétienne d'altruisme, de dévouement envers les faibles et les opprimés.

____________________________________________________________

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • : But : Reconstruction d'un et d'un seul parti communiste au Canada, dans chaque pays et d'un et d'un seul Mouvement communiste international. À l'étape actuelle, la formation théorique-idéologique sur la doctrine de Marx et d'Engels, et de Lénine et de Staline est essentielle - (1) élaboration d'un programme d'études: (2) formation de cercles d'études marxistes-léninistes
  • Contact

Vidéo sur le 11 septembre 2001

Recherche

Hymne de l'U.R.S.S.

Images historiques

    Staline - imagesCAZWBVDE

                                                                                                                                                                                          Staline n'a pas quitté Moscou encerclée par les troupes nazies

Pages