Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 07:15

___________________________________________________________

 

[BROUILLON TRÈS DÉCOUSU - CONCLUSIONS À MODIFIER]

 

Quelques hypothèses sur le mouvement marxiste-léniniste des années 1960, 70 et 80 au Québec et dans le monde, sur son essor et son effondrement et sur la voie à suivre aujourd'hui pour la reconstruction communiste

 

Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - 24-12-2013

___________________________________________________________


Qu'est-ce que «Reconstruction communiste Canada» (RCC)?

 

C'est le nom du mouvement que j'aimerais créer afin de contribuer à reconstruire le mouvement communiste, au Canada et dans le monde.

 

Je travaille seul à RCC pour constituer un mouvement depuis que j'ai quitté, en février 2010, le soi-disant Parti "communiste" du Canada / Québec, parce qu'il allait à l'encontre des principes du communisme scientifique.

 

Je suis membre de Northstar Compass, organisation de front uni pour la reconstruction de l'URSS et du socialisme.  Front uni de plusieurs classes, cette organisation ne vise pas à créer un parti communiste en Russie mais à regrouper l'opposition contre le capitalisme.

__________________________________________________________

 

Position de RCC : Trois principes marxistes-léninistes fondamentaux distinguent les communistes des révisionnistes :

 __________________________________________________________

 

Pour établir une claire démarcation entre les communistes et les opportunistes (révisionnistes, social-démocrates, etc.), je crois nécessaire de défendre 3 principes fondamentaux, tout en reconnaissant l'extrême importance de tous les autres principes marxistes-léninistes :


[1] voie révolutionnaires et non voie électorale;

[2] dictature du prolétariat;

[3] expropriation des capitalistes, confiscation des moyens de production et édification de l'économie socialiste.

___________________________________________________________

 

Le marxisme-léninisme, comme toute science, est un tout cohérent, correspondant à un reflet de plus en plus juste de la réalité, la réalité étant un tout indivisible (contrairement aux théories religieuses qui parlent de deux réalités - divine et terrestre - et aux autres théories idéalistes - le monde des idées et le monde des faits.

 

La méthode scientifique est basée sur l'acceptation d'une seule réalité, sur la cohérence des principes, sur leur liens internes indissociables.  Tout fait "polémique" (Bachelard), toute hypothèse divergente avec les théories admises jusque là comme étant scientifiques, doit conduire à une analyse profonde du fait et de la science, et à une conclusion de rejet de la théorie ou à l'acceptation de cette théorie et au changement de toute la science pour que le nouveau fait devienne cohérente.  La science s'approfondit et la science atteint un degré supérieure de connaissance et de justessse.

 

Comme dans toute science, tous les principes fondamentaux marxistes-léninistes sont cohérents entre eux.  Ils sont tous intereliés formant un tout cohérent.  Ils sont tous indispensables comme le sont chacun des différents maillons d'une chaîne.

___________________________________________________________

 

Plusieurs mouvements et organisations se sont exclus du mouvement communiste en n'adhérant pas ou en ayant cessé d'adhérer aux «3 principes fondamentaux du m.-l.» :

 

- le soi-disant Parti "communiste" du Canada/Québec;

- le soi-disant P"C"Q "parizionniste", démagogique, opportuniste et nationaliste étroit;

 

et, bien sûr :


le mouvement anarchiste;

- les cliques trotskistes;

- les autres groupes et mouvements contre-révolutionnaires.

 

Deux partis se réclament du communisme (PCCML et PCR).

 Je les respecte mais je n'y ai pas adhéré en raison de divergences.

__________________________________________________________

 

Ma position actuelle sur Mao, sur le PC chinois, sur la pensée de Mao Tsé-toung, sur  le mouvement maoïste :

 __________________________________________________________

 

Je suis un ancien sympathisant de la LCMLC / PCO, c'est-à-dire de ligne «marxiste-léniniste pensée Mao Tsé-toug».

 

En 2010, j'ai connu le camarade Adélard Paquin (fondateur et rédacteur en chef de l'édition en français de Northstar Compass) et, par son intermédiaire, le camarade Vincent Gouysse (auteur de «Impérialisme et anti-impérialisme»).

 

Ils m'ont montré, par une série de données, que Mao n'avait pas suivi les principes marxistes-léniniste, ce qui expliquait le révisionnisme chinois (alliance avec la bourgeoisie nationale chinoise, nationalisme), opposé au révisionnisme khrouchtchévien.

 

En plus des camarades Paquin et Gouysse, j'ai discutté avec deux membres d'organisations communistes, Greene, des États-Unis, et Eduardo Artès, au Chili, qui ont suivi la même trajectoire que moi et sont critiques de Mao.

 

Au sujet du Chili, Mao et le PC chinois ont adopté la  «Théorie des trois mondes»théorie opportuniste selon laquelle il faut développer un front uni des pays du 2ème monde (développé) et les pays du 3ème ou tiers-monde (en développement) contre les deux superpuissances impérialiste, l'URSS social-impérialiste et les É.-U.

 

Certains affirmaient que la tactique de la «Théorie des trois mondes» de Mao ressemblait celle du «Front uni contre le fascisme et la guerre» de l'Internationale communiste (1935) et plus tard à celle du l'accord militaire établi entre l'URSS et les puissances impérialistes opposées aux puissance de l'Axe (Italie, Allemangne, Japon).

 

Il faut distinguer «front uni» (entre plusieurs classe) et «front unique prolétarien» (front de plusieurs classes dirigé par le prolétariat).

 

L'appui de Mao aux dictatures fascistes de Turquie et du Chili a été un facteur expliquant l'opposition de certains communistes à Mao.

 

-1- Certains considèrent que Mao n'a jamais été vraiment marxiste-léninistes (Paquin, Gouysse, Combat communiste/marxiste-léniniste, et sans doute Gilbert Mury, Patrick Kessel, etc.).  Selon eux :

 

[1] Mao a toujours adopté les principes de démocratie bourgeoise de Sun Yat Sen;

 

[2] Mao a proposé une voie chinoise vers le socialisme : «Combat communiste/marxiste-léniniste», dans «Du "Parti de Thorez" à la "pensée de Mao"» (1980), affirme (page 8) :

 

«Dès 1936 Mao et Thorez préconisent pour leur pays une voie originale pour accéder au socialisme, et très vite ils vont essayer de faire de cette voie originale un exemple international. [...]  derrière cette critique, c'est la dictature du prolétariat qui sera mise en cause [...] ;

 

-2- Ma position sur Mao et le PC chinois se rapproche de celle, plus nuancée, du camarade Greene :


[1] avant la victoire de la Révolution chinoise (1949) : Mao a été communiste et le PC chinois a été membre de l'Internationale communiste (IC): lutte selon la tactique de front uni contre le fascisme et la guerre (7ème Congrès de l'IC, 1936);

 

[2] après 1949, Mao, maintient la stratégie d'alliance avec la bourgeoisie nationale chinoise dans la guerre de libération nationale des l'invasion impérialiste japonaise.

 

Il rejète le socialisme (Lénine et Staline) et adopte la "Démocratie nouvelle" comme stratégie d'édification de l'économie chinoise.

 

Ainsi, en Chine, les moyens de production n'ont pas été totalement collectivisées.  La bourgeoisie nationale chinoise, qui contrôle peu à peu l'économie, gagne en influence et en pouvoir au sein du Parti et de l'État chinois.

 

De 1917 à 1953, l'économie de l'URSS était basée sur la propriété de tous les moyens de production, la dictature du prolétariat en matière économique, la planification de tous les moyens de production, la construction par plans quinquennaux :

 

(1) développement de la métallurgie lourde - produire des métaux;


(2) production de moyens de production - produire de l'équipement minier, pétrolier, agricole (tracteurs et de machines agricoles), des machines-outils, des véhicules (locomotives, camions, etc.), etc.;


(3) collectivisation de l'agriculture (sovkhozes, fermes collectives d'État et kolkhozes, coopératives de production agricole).

 

[4] développement de l'industrie militaire - se préparer à une invasion par les puissances impérialistes "social-démocrates" (France, Angleterre) ou fascistes (Allemagne, Japon), comme, en 1918, l'intervention de 14 puissances impérialistes contre la Russie soviétique).

________________________________________________________

 

Mao a décidé de s'allier avec la bourgeoisie nationale chinoise et de développer la «Démocratie nouvelle», au lieu d'établir le socialisme (Lénine et Staline), de compter uniquement sur le prolétariat («compter sur ses propres forces») et, comme sous la N.E.P., d'acheter des usines clé-en-main aux monopoles capitalistes et rien d'autre (aucun droit de propriété en URSS).  

 

Avec la prise du pouvoir en URSS du révisionniste Khrouchtchev (1953-1956) et le début de la restauration de la bourgeoisie en URSS, Mao a déclenche plusieurs mouvements, pour développer l'économie en «Démocratie nouvelle» :

 

Mao fait appel aux masses et, je suppose, établit un lien entre les décisions locale et une certaine planification selon le plan quinquennal chinois en vigueur.

 

Les maoïstes critiquent la planification socialiste de Staline, la qualifient de "bureaucratie" qui entraînent, selon eux, le renforcement de la bourgeoisie, font appel aux masses, stalinienne).  La conséquence opposée à l'économie socialiste, planifiée est le spontanéisme.

 

- 1957 - «Campagne des Cent fleurs» et première tentative de développement qui préfigure le «Grand bond en avant»;

 

- 1958 - «Grand Bond en avant» - vaste mouvement des masses pour le développement de l'économie :

(1) industrialisation du pays; et

(2) développement de l'agriculture par la création de communes populaires (travail manuel mobilisant des millions de paysans).


- la Grande Révolution culturelle prolétarienne (1964-1970) : après les lamentables échecs du Grand Bond en avant, Mao déclenche la Révolution culturelle, qui n'est pas basé sur des questions économiques mais sur la répression politique de la bourgeoisie et de l'opposition sur la base politique (appuyer la Révolution) plutôt morale et idéologique (le confucianisme prôle la soumission du citoyen à l'État).

___________________________________________________________

 

Le but du présent texte : contribuer à la reconstruction communiste par quelques analyses, hypothèses et questions sur le mouvement communiste des annéeen souvefaisant le

 

Pour cela, les communistes doivent faire un bilan scientifique de l'histoire du Mouvement communiste international et des Partis communistes.  Un diagnostic correct sauve le malade, un diagnostic incorrect tue celui-ci.

 

Le présent texte contient une série d'analyses, d'hypothèses et questions sur le mouvement marxiste-léniniste des années 1960, 1970 et 1980 au Québec/Canada et dans le monde.

___________________________________________________________

 

Hypothèse : Lénine et Staline distinguaient :

 

(1) le rôle de l'Internationale communiste (analyses, plans, directives, mots d'ordre et campagnes au niveau international) - Analyses sur la Chine, la Grèce, l'Espagne, etc.

 

(2) le rôle des Partis communistes (analyses, plans, directives, mots d'ordres et campagnes au niveau national).

 

L'Internationale communiste et les Partis communistes étaient profondément liées, mais les Partis communistes prenaient leurs décisions en fonction des conditions locales, en écoutant et en discutant avec l'IC et se basant sur le marxisme-léninisme.

 

En mai 1943 - Dissolution de l'IC (Komintern) et fondation du Kominform (bureau d'information) - Les PC se réunissent et définissent la ligne générale du Mouvement communiste international 

 

- la Guerre civile en Grèce : Après la défaite des fascistes et des nazis et la fin de la 2e Guerre mondiale, la résistance armée des communistes grecs a décidé continuer la guerre de libération de la Grèce en une révolution socialiste pour libérer la Grèce du capitalisme.  Les troupes impérialistes ont combattu les communistes grecs et installé une dictature fasciste.

 

- À la fin de la guerre, le PC français se préparait à prendre le pouvoir

(texte de Wikipedia -  http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_Parti_communiste_fran%C3%A7ais 

1944-1954 : le PCF jusqu'à la mort de Staline

À la fin de la guerre, le PCF prépare une prise de pouvoir. Déjà solidement implanté dans les organes dirigeants de la Résistance (CNR, MUR, FFI, COMAC), il est à l’origine du programme du CNR. En janvier 1944, les milices patriotiques sont créées, pour lancer le mouvement venu l’insurrection populaire. Il dispose avec les comités locaux de Libération d’une présence et de relais en tout point du territoire. Enfin, la situation leur est en partie favorable, là où les anciens maquis rouges leur donnent un poids considérable face à l'autorité d'un gouvernement provisoire très fraîchement mis en place. L'expérience léniniste peut les inciter, également, à profiter des aubaines de l'Histoire. Mais l’insurrection ne démarre pas : la population ne suit pas, et le PCF doit abandonner l’idée d’une prise du pouvoir par la force. Staline ne donne pas au Parti français de directives en ce sens, et l'aspiration à la paix et à l'union de tous les Résistants est partout très forte, y compris chez les résistants communistes. Le retour négocié de Maurice Thorez (27 novembre), la dissolution par De Gaulle, le 28 novembre 1944, des milices patriotiques, finalement acceptée, marquent le passage à une tactique électorale45. Les communistes participent à tous les gouvernements jusqu'en mai 1947, Thorez prêche la bonne parole au sein de la classe ouvrière pour la bataille de la production. Il est, fin 1945, vice-président du conseil, dans le dernier gouvernement présidé par De Gaulle.

Début 1947, plusieurs facteurs contribuent à la rupture : le début de la guerre d'Indochine pour laquelle les députés communistes refusent de voter les crédits, la situation sociale qui se dégrade rapidement, avec le déclenchement d'une grève à Renault, le 25 avril, et aussi, sur le plan international, la plongée inexorable dans la guerre froide. Finalement, les députés refusent de voter la confiance au gouvernement, et le président du conseil Ramadier révoque les ministres communistes le 5 mai 1947. Les communistes se lancent alors dans des manifestations, grèves insurrectionnelles et sabotages : le 3 décembre 1947, 15 sabotages sont effectués, dont une partie sur des voies ferrées, provoquant 7 déraillements, dont un près d'Arras (Nord), faisant 16 morts46.

Quelques mois plus tard après la révocation des ministres communistes, en septembre 1947, à la conférence de Szklarska Poręba, en Pologne, qui réunit 9 PC européens, les délégués français Duclos et Fajon doivent faire l'autocritique du PCF devant le représentant soviétique Jdanov pour avoir participé trop longtemps à la démocratie parlementaire bourgeoise en oubliant leur spécificité communiste.

Les communistes ne participent plus à aucun des gouvernements de la IVe et se replient, au niveau national, sur leurs bastions que représentent la CGT, dont les communistes ont pris le contrôle en 1947, et les municipalités de communes ouvrières, et au niveau international, sur le mouvement communiste stalinien. Cet isolement ne l'empêche pas d'attirer l'adhésion ou la sympathie d'un grand nombre d'intellectuels parmi lesquels on retient généralement les noms de PicassoAragon et Éluard.

À la direction du Parti, on retrouve Thorez, Duclos et Frachon, encore que ce dernier se consacre au travail syndical au sein de la CGT, dont il est secrétaire national depuis 1947. Thorez restera le dirigeant incontesté du Parti jusqu'à sa mort, en 1964, mais en 1950, il est frappé d'hémiplégie et effectue de nombreux et longs séjours à Moscou pour se faire soigner. À nouveau, c'est Jacques Duclos qui en son absence prend les rênes du Parti. Jeannette Vermeersch, femme de Thorez occupe un rôle de plus en plus important, mais à la fin des années 40, et surtout au début des années 50, l'étoile montante du Parti est Auguste Lecœur qui sera un moment considéré comme le dauphin de Thorez. Lecoeur sera brutalement évincé de la direction et exclu du Parti en 1954. Deux ans avant, deux autres dirigeants célèbres, Marty et Tillon avaient été également brutalement écartés du bureau politique. En l'absence de Thorez, c'est Duclos qui exécute l'opération, avec le concours de Léon Mauvais qui préparait un dossier depuis plusieurs mois.

Durant toute la période de la guerre froide, le PCF reste inconditionnellement inféodé à l'URSS. Le culte de Staline est célébré sans restriction dans l'ensemble de la presse communiste. La lutte contre l'impérialisme américain est hissée aux toutes premières places des priorités du Parti, et souvent proclamée plus bruyamment que l'opposition à la guerre d'Indochine ou le réarmement allemand (CED). Ainsi, la manifestation contre Ridgway en 1952, qui sera l'une des plus dures de l'après-guerre, illustre la conviction chez de nombreux communistes de l'imminence d'une guerre voulue par les États-Unis.

___________________________________________________________

 

Lorsqu'on analyse le mouvement des années 60, 70 et 80, on doit distinguer 2 types de pays (grande différence qui existent entre les conditions économique, politique, sociales et le type de luttes révolutionnaires) :

 

(1) PAYS IMPÉRIALISTES DÉVELOPPÉS ET DOMINANTS :


- États-Unis et Canada - mouvements anti-guerre, anti-impérialistes et communistes;


- Pays d'Europe : lutte contre le révisionnisme, beaucoup plus présent dans les syndicats;


- Japon, Australie, Nouvelle Zélande : partis communistes réduits, luttes syndicales;

 

(2) PAYS CAPITALISTES DOMINÉS :

 

Ex-colonies des puissances européennes de la fin du 19ème siècle en Afrique, en Asie et en Amérique latine :

 

Pays aux contrastes énormes (extrême misère et désorganisation) et où l'impérialisme étranger et la bourgeoisie locale exercent ouvertement et de façon sanglante par l'État qui exerce la dictature ouverte de la bourgeoisie sans droits constitutionnels ou libertés civiles pour le prolétariat et les peuples (Constitution fasciste, État fasciste, institutions fascistes).

 

Luttes communistes d'une extrême violence :

 

- l'Afrique a connu  la décolonisation et les guerres de libération (1960-1975) - mouvement communiste peu développé;


- l'Amérique latine : après la Révolution cubaine (1960), l'impérialisme é.-u. et les bourgeoisies locales de 1964 ont organisé des coups d'État et des dictatures fascistes sanglantes de 1964 (Brésil, première d'une série de dictatures) à 1990 (Chili, retour à la "démocratie" bourgeoise sous constitution pinochétiste).  Mouvement maoïste du Sentier lumineux au Pérou

 

- l'Asie : Les partis communistes asiatiques ont mené une série de guerres de libération et de révolution orientées vers le socialisme  - Chine (Victoire de la Révolution : 1949), Corée (fin de la guerre : 1953), Vietnam (fin de la guerre :1975).

Indonésie : Coup d'État et massacres anti-communistes (1965).

Inde, Pakistan, Bangla Desh (luttes nationales - Inde-Pakistan - Bangla Desh-Pakistan - Mouvement maoïste naxaliste en Inde - Mouvement maoïste au Népal.

 

Serie de mouvements révolutionnaire intenses, multitude de partis communistes, série de guerres, de révolutions d'orientation communistes, de coups d'États et de dictatures fascistes, de luttes révolutionnaires.

__________________________________________________________

 

ASPECTS POSITIFS ET NÉGATIFS DU MOUVEMENT COMMUNISTE DES ANNÉES 60, 70 ET 80 DANS LES PAYS DÉVELOPPÉS :

 

-1- il a été exemplaire pour plusieurs raisons, mais vers 1980, il s'est effondré au Québec / Canada et dans les pays développés.

 

Question 1 : Dans les pays dominés, industriellement en retard, des millions de communistes ont continué leur lutte :

 

-1- dans les pays de l'ex-Tiers-Monde les luttes sont violentes, armées, dans des conditions de fascisme (dictatures fascistes d'Amérique latine, d'Afrique, d'Asie).  On peut se demander si le mouvement des années 60, 70 et 80 était uniquement le fait des pays industriellement développés.  Les maoïstes

 

Pourquoi?  Pourquoi 1980?

 

Certains théoriciens communistes français tels que :

 

- Gilbert Mury, «De la révolution culturelle au Xe Congrès du PC chinois»

 

- Patrick Kessel, «Le mouvement "maoïste" en France;

 

- Combat communiste/marxiste-léniniste, «Du "Parti de Thorez" à la "pensée de Mao"

 

Page 8 : «Dès 1936 Mao et Thorez préconisent pour leur pays une voie originale pour accéder au socialisme, et très vite ils vont essayer de faire de cette voie originale un exemple international. [...]  derrière cette critique, c'est la dictature du prolétariat qui sera mise en cause [...] ;

 

 

- Vincent Gouysse, «Communisme et anti-communisme»;

 

Le découragement des militantes/ants a été terrible vers 1980, surtout parce que nous n'avions pas compris la raison des luttes internes de la bourgeoisie nationale chinoise au sein du Parti et de l'État "du peuple tout entier" (ce n'était pas un parti et un État «du prolétariat»).

 

Le «facteur conscient» (Lénine) (l'analyse et la connaissance profondes de la réalité et des conclusions pour l'action).  Les militantes/ants ont commencé à abandonner les organisations à cause du découragement de ne pas comprendre la cause de l'effondrement des principes marxistes-léninistes de la Chine.

 

Nous comprenions pourquoi l'URSS était devenue révisionniste et social-impérialiste (c'est-à-dire socialiste en paroles mais impérialiste dans les faits) en raison du coup d'État (selon R.C.C. assassinat de Staline par Khrouchtchev et sa clique révisionniste).

 

Mais nous ne comprenions pas pourquoi la Chine aussi avait sombré dans le révisionnisme et, bientôt, dans le social-impérialisme. 

 

 

 

 

__________________________________________________________

 

CARACTÈRE EXEMPLAIRE DU MOUVEMENT COMMUNISTE DES ANNÉES 60, 70, 80 :

__________________________________________________________

 

FACTEURS OBJECTIFS ET SUBJECTIFS AU CANADA, PAYS IMPÉRIALISTE À PROSPÉRITÉ RELATIVE :

 

- Les luttes révolutionnaires du Canada sont différentes de celles du tiers monde (Lénine sur l'impérialisme et la corruption d'une partie de la classe ouvrière, mieux payer pour que la paix sociale règne) 

 

Pour la petite-bourgeoisie et le prolétariat embourgeoisé du Canada, la fin de la 2e Guerre mondiale donnait une impression de paix et d'amélioration sociale.

 

Mais pour la gauche canadienne, le devoir de solidarité internationale et d'internationalisme prolétarien exigeait les mobilisations face aux crimes des puissances capitalistes contre l'URSS et le socialisme;

 

La «Guerre froide» fut en effet :

 

- une période de luttes de classes d'une violence jamais vue (dictatures fascismes sanglantes, guerres impérialistes cataclysmiques - 6 millions de morts au Vietnam, etc.)

 

- mouvement de libération nationale des colonies d'Afrique 

 

- victoire de la Révolution chinoise (1945);

 

- développement du capitalisme (Révolution tranquille au Québec, développement de la bourgeoisie québécoise, etc.)

 

 

- l'importance numérique des «baby boomers» (personnes nées pendant le boom de naissances du retour des soldats, après la 2e Guerre mondiale).  Ils constituaient une génération très nombreuse, ayant reçu de l'État des conditions supérieures, etc.;

 

IMPORTANT TRAVAIL D'ÉTUDE DU MARXISME-LÉNINISME ET D'ANALYSE DU QUÉBÉC ET DU CANADA :

 

Les difficultés du marxisme-léninisme au Canada :

 

-En 1943, le PC des États-Unis et celui du Canada sont les premiers à rompre avec les théories marxistes-léninistes (Voir lutte de Fergus McKean contre Browder et Buck);

 

 -La situation "exceptionnelle"

 

De nombreux militantes/ants nationalistes étroits et petit-bourgeois, identifiaient le Québec comme étant une colonie du Canada ou de la Grande-Bretagne, et souhaitaient une libération nationale pour faire l'indépendance du Québec.  Évènements d'Octobre 1970 : Front de libération du Québec (terrorisme individuel).

 

Marx avait critiqué le parti polonais, qui prônait l'indépendance et le socialisme.  Marx qui prônait, dans l'empire tsariste, l'unité du prolétariat de toutes les nations de Russie contre le tsarisme et le capitalisme.  Lénine, en préparant le programme du POSDR, pensait déjà à ce que serait l'URSS, un pays multinational (15 républiques et un grand nombre de nations et de minorité).  Dans un pays multinational comme la Russie et le Canada, les communistes doivent défendre tous les droits des nations y compris le droit de se séparer, mais également l'unité du prolétariat de toutes les nations.  Lénine disait qu'il faut défendre avec acharnement les droits nationaux des nations, mais cultiver l'indifférence envers le nationalisme.

 

Par leur étude profonde du marxisme-léninisme et du Québec et du Canada, les marxistes-léninistes québécois se sont démarqués des nationalistes petit-bourgeois et ont commencé à lutter pour la reconstruction du Parti communiste au Canada et du Mouvement communiste international authentique.

 

________________________________________________________

 

[1] NAISSANCE DU RÉVISIONNISME MODERNE :

[2] NAISSANCE, PAR RÉACTION, DU MOUVEMENT ANTI-RÉVISIONNISTE

[3] NAISSANCE, EN TANT QUE TRANSFORMATION DU MOUVEMENT ANTI-RÉVISIONNISTE, DES ORGANISATIONS ET DES PARTIS COMMUMUNITES (MARXISTES-LÉNINISTES)

________________________________________________________

  

[1] NAISSANCE DU RÉVISIONNISME MODERNE :

 

- a commencé au Canada et aux É.-U. dès 1943 (Tim Buck et Earl Browder),

 

- a pris de l'ampleur avec la Yougoslavie en 1948 (Tito) (Tito accepte le plan Marshall de l'impérialisme US et effectue la rupture Yougoslavie-URSS);


- est devenu généralisé avec le révisionnisme soviétique à patir de 1953-1956 (Khrouchtchev); et

- ayant commencé depuis longtemps en Europe (France, Italie, Espagne) s'était approfondi et a culminé avec l'"eurocommunisme";

 

 

[2] NAISSANCE, PAR RÉACTION, DU MOUVEMENT ANTI-RÉVISIONNISTE

 

Dès la naissance du révisionnisme khrouchtchévien, plusieurs leaders communistes se sont opposés.

-1960 - Hoxha;

-1963 - Mao;

-les dirigeants du PC du Brésil, en lutte contre le parti révisionniste (P"C"B)

 -autres camarades de différents pays.

[Racconter aussi la résistance de la classe ouvrière soviétique après le 20e Congrès et la répression par Khrouchtchev - Martin Nicolas - Restoration of Capitalism in USSR]


Ce qui fut d'abord été un mouvement anti-révisionniste est devenu un mouvement communiste international contre les Parti communiste qui se sont engagés dans la voie révisionniste.

 

Ce mouvement est né de la compréhension très juste, très profond et très clairement identifié du révisionnisme moderne 

________________________________________________________

 

Sur le plan théorique-idéologique, ce mouvement, correctement :


(1) a dénoncé comme l'a fait la Chine :

 

- les "trois pacifiques" (voie pacifique vers le socialisme, coexistence pacifiste khrouchtchévienne et non léniniste, compétition pacifique, c'est-à-dire l'économie de marché); et

 

- les "deux tout entiers" : le Parti "du peuple tout entier" et non de Parti du prolétariat; et l'État "du peuple tout entier" et non l'État du prolétariat.  Les "deux tout entiers" sont une aberration anti-communiste;

 

(2) a rétabli ce que nous (R.C.C.) appellons «les 3 principes fondamentaux du marxisme-léninisme», c'est-à-dire (1) la voie révolutionnaire; (2) la dictature du prolétariat; (3) l'expropriation des moyens de production entre les mains des capitalistes, la collectivisation de ceux-ci et l'édification de l'économie et de la société socialiste;

 

Il a unifié (1) théoriquement-idéologiquement; (2) politiquement-programmatiquement; et (3) organisationnellement des millions de communistes dans le monde, en se basant fortement sur la clarté de Mao, d'Hoxha et de plusieurs dirigeants communistes dans le monde;

__________________________________________________________

 

FACTEURS EXTERNES ET FACTEURS INTERNES DE L'EFFONDREMENT DU MOUVEMENT COMMUNISTE 60, 70 ET 80 :

 

-1- LES FACTEURS EXTERNES - Répression, corruption et séduction :

 

Ces facteurs sont très puissants mais ils sont surmontables :

 

-1- la répression brutale du prolétariat et des peuples par l'impérialisme:

«Guerre froide», coups d'États et dictatures fascistes (Iran, Guatemala, Indonésie, Brésil, Argentine, etc.), intervention militaires gigantesque et génocides : 6 millions de morts au Vietnam, des millions en Angola, Mozambique, Guinée-Bissau, etc;(guerres, dictatures, campagnes d'extermination - Guerre sale de l'Opération Gladio, de l'Opération Condor, etc. - extermination des opposants aux régimes par les massacres, les assassinats sélectifs, etc.).


-2- la corruption, par l'impérialisme, des leaders ouvriers et des dirigeants révisionnistes (Voir textes de Lénine sur l'impérialisme) :

 

- trahison des syndicats qui pratiquent la collaboration de classe et non la lutte de classe

 

- trahison de leaders communistes tels que Tim Buck, Earl Browder, Tito, Khrouchtchev, Togliatti, Ibaburri, etc.;

 

-3- la séduction des travailleurs embourgeoisée des pays développé par rapport aux travailleurs sur-exploités, des peuples sur-opprimés et des pays soumis à un pillage total de leurs ressources;

 

2 - LES FACTEURS INTERNES (manque de clarté idéologique, manque de détermination, d'enthousiasme, facteurs psychologiques - découragement - , etc.):

 

- Manque de clarté idéologique de nos organisations sur la Chine;


- Ignorance de la nature du révisionnisme chinois (le refus Mao, après la victoire de la Révolution chinoise (1949), de rompre avec la bourgeoise nationale chinoise, et d'instaurer la soi-disant "Démocratie nouvelle" (alliance) au lieu d'instaurer le socialisme (selon la voie de Lénine et de Staline);

 

 

Vers la fin des années 70, une fois de plus, Enver Hoxha a été le premier à alerter le Mouvement communiste internationale d'un nouveau révisionnisme, le révisionnisme de Mao.

 

D'autres leaders de Partis communistes ont également été à l'avant garde du mouvement anti-révisionniste chinois, cette fois contre Mao.

 

Ils ont dénoncé le fait que la Chine avait, à partir de la victoire de la Révolution chinoise, maintenu l'alliance avec la bourgeoisie nationale chinoise pour construire la "Démocratie nouvelle" au lieu de construire, comme l'avaient fait Lénine et Staline, l'économie et la société socialiste.

___________________________________________________________

 

DES FACTEURS INTERNES (FORMATION COMMUNISTE, ANALYSE CONCRÈTE DES FAITS CONCRETS, DÉTERMINATION, ENTRAINEMENT À LA LUTTE) SONT DÉTERMINANT.

 

LA VICTOIRE DE LA LUTTE DE CLASSE DÉPEND DES FACTEURS INTERNES DES COMBATTANTS, C'EST-À-DIRE DE L'«ÉLÉMENT CONSCIENT» (LÉNINE), DU MORAL DES COMBATTANTS COMMUNISTES

 

LE MORAL, LA DÉTERMINATION, L'ENTHOUSIASME, LE COURAGE DANS LA LUTTE VIENNENT DE LA COMPRÉHENSION DE LA NÉCESSITÉ DE LA LUTTE ET DE LA VICTOIRE COMMUNISTE SUR LE CAPITALISME DANS LE MONDE ENTIER. 

 

Le découragement des militantes/ants a été terrible vers 1980, surtout parce que nous n'avions pas compris la raison des luttes internes de la bourgeoisie nationale chinoise au sein du Parti et de l'État "du peuple tout entier" (ce n'était pas un parti et un État «du prolétariat»).

 

Le «facteur conscient» (Lénine) (l'analyse et la connaissance profondes de la réalité et des conclusions pour l'action).  Les militantes/ants ont commencé à abandonner les organisations à cause du découragement de ne pas comprendre la cause de l'effondrement des principes marxistes-léninistes de la Chine.

 

Nous comprenions pourquoi l'URSS était devenue révisionniste et social-impérialiste (c'est-à-dire socialiste en paroles mais impérialiste dans les faits) en raison du coup d'État (selon R.C.C. assassinat de Staline par Khrouchtchev et sa clique révisionniste).

 

Mais nous ne comprenions pas pourquoi la Chine aussi avait sombré dans le révisionnisme et, bientôt, dans le social-impérialisme. 

______________________________________________

 

Le mouvement à reprendre pour reconstruire le communisme

______________________________________________

 

INÉVITABILITÉ DE LA CRISE, DU FASCISME ET DE LA GUERRE :

 

Il est inévitable que le Mouvement communiste reprenne au Canada et dans le monde en raison de l'accentuation des contradictions de plus en plus explosives (1) entre les travailleuses/eurs et les capitalistes; (2) entre les puissances impérialistes qui se préparent à la guerre.

 

L'accroissement rapide (1) de l'exploitation des travailleurs, ici et encore plus dans les autres pays (Bangladesh, Chine); (2) de l'oppression économique, politique et sociale des peuples par l'État capitaliste; et (3) pillage des ressources naturelles.

 

CRISE, FASCISME, GUERRES :


Aux États-Unis, le contrôle total (1) par l'oligarchie capitaliste et (2) par son État - en fait par «l'État dans l'État» (c'est-à-dire une poignée de personnes qui par des crimes impunis (Kennedy - 1963 - 11 sept. 2001) , des vols de milliards de dollars (2008), des guerres cataclysmiques (Vietnam, 6 millions de morts), ont remplacé, par le coup d'État du 11 septembre 2001, la Constitution, les droits et libertés civils par une dictature ouverte de la bourgeoisie, par un État policier, par un fascisme de type nouveau.

 

FAIRE LE BILAN DU MOUVEMENT MARXISTE-LÉNINISTE, EXEMPLAIRE SUR BEAUCOUP DE POINTS  :


Le mouvement marxiste-léniniste des années 1960, 1970 et 1980 au Québec/Canada et dans le monde a été exemplaire.

 

Le mouvement communiste des années 60, 70 et 80 était sur la bonne voie mais il s'est effondré de l'intérieur (incompréhension de ce qui se passait en Chine, suivisme de plus de 30 années derrière la direction chinoise, etc.

 

Il aurait pu conduire le prolétariat et les peuples à la reconstruction d'un Mouvement communiste international solide et à de nouvelles victoires sur le capitalisme;


Il a été brisée de l'extérieur (répression, séduction, corruption d'une partie de la classe ouvrière par le confort);

 

Il a été brisée de l'intérieur :

 

- le suivisme de la LCMLC et du PCO par rapport à Mao et à la Chine, où la bourgeoisie avait pris le contrôle du Parti, de l'État et de l'Armée :

 

- CHANGEMENT IDÉOLOGIQUE : Théorie des 3 mondes attribuée à Mao (Analyse utile à la bourgeoisie nationale chinoise),

 

- CHANGEMENTS POLITIQUES : accords Nixon-Mao, le bombardement du Vietnam par la Chine, etc.;

 

- ORGANISATIONNEL - Le Mouvement communiste international se divise organisationnellement selon deux lignes opposés :

 

(1) la ligne révisionniste - URSS, pays de l'Est, Cuba, luttes de libération nationale en Afrique, en Asie, en Amérique latine;

 

(2) la ligne marxiste-léninistes des nouveaux partis, nés de la lutte contre le révisionnisme khrouchtchévien;

 

- le fait que nous n'avons pas compris, qui, depuis la Révolution chinoise (1949), avait adopté des positions révisionnistes en maintenant le front uni avec la bourgeoisie nationale chinoise ;

 

- notre découragement.

 

Ce mouvement est un modèle à suivre pour la reconstruction communiste aujourd'hui. 

__________________________________________________________

 

REPRENDRE LE COMBAT POUR LA RECONSTRUCTION COMMUNISTE MAIS EN FAISANT UN BILAN OBJECTIF DES POINTS NÉGATIFS ET POSITIFS DES ANNÉES 60, 70, 80 :

___________________________________________________________

 

HYPOTHÈSES SUR MAO :

 

des recherches sur le Mouvement communiste international, entre autres celles communistes français tels que :

 

- Gilbert Mury, «De la révolution culturelle au Xe Congrès du PC chinois»

 

- Patrick Kessel, «Le mouvement "maoïste" en France;

 

- Combat communiste/marxiste-léniniste, «Du "Parti de Thorez" à la "pensée de Mao"

 

Page 8 : «Dès 1936 Mao et Thorez préconisent pour leur pays une voie originale pour accéder au socialisme, et très vite ils vont essayer de faire de cette voie originale un exemple international. [...]  derrière cette critique, c'est la dictature du prolétariat qui sera mise en cause [...] ;

 

- Vincent Gouysse, «Communisme et anti-communisme»;

________________________________________________________

 

DES DIFFÉRENTES EXPÉRIENCES DE LA CONSTRUTION DES ORGANISATIONS ET DES PARTIS COMMUNISTES DES ANNÉES 60, 70 ET 80 - CE BILAN EST TRÈS POSITIF;

 

(2) DES CAUSES DE L'EFFONDREMENT DE CES PARTIS (À L'EXCEPTION DU PCCML) :

 

Pour cela nous allons étudier :

 

- la méthode de construction des organisations marxistes-léninistes comme le PCCML, EN LUTTE! la LC(ML)C, le PCO;

 

- la méthode de la LC(ML)C d'effectuer un débat avec les organisations telles que «Mobilisation», l'«Agence de presse libre du Québec», etc. pour l'existence d'un et d'un seul Parti communiste authentique au Canada (dissolution de ces organisations et liberté aux militantes/ants d'adhérer ou non à la LC(ML)C, un a un, s'ils étaient acceptés après une période de rééducation;

 

- l'étude des différentes et nombreuses brochures - CMO, COR, MREQ, EN LUTTE!, LC(M.-L.)C, PCO, MOBILISATION, APLQ est très intéressantes (nous pourrions réimprimer ces brochures).

 

- les analyses sur les erreurs. 

 

CES QUESTIONS POURRAIENT ÊTRE L'OBJET DE RENCONTRES DE MEMBRES DES DIFFÉRENTES ORGANISATIONS DE L'ÉPOQUE;

 

NOUS DEMANDONS LA CONTRIBUTION DES CAMARADES QUI ONT DES IDÉES, QUI ONT ÉCRIT DES TEXTES, QUI ONT DES DOCUMENTS ET DES BILANS.

 

QUELLES ONT ÉTÉ LES ERREURS DES ORGANISATIONS?

 

- luttes syndicales;

- luttes anti-impérialistes;

- luttes sociales;

- reconstruction du Mouvement communiste international;

- front unique prolétarien (Lénine) ou front uni contre le fascisme et la guerre (Internationale communiste);

 

QUELS SONT LES CARACTÉRISTIQUES POSITIVES DE CES ORGANISATIONS?

 

- Des milliers de militantes/ants communistes seulement à Montréal;

- une justesse de la ligne - des organisations disciplinées, les membres étaient bien formés, les organisations publiaient des analyses correctes et profondes, des plans de lutte, remportaient des victoires, etc.

Tout le monde parlait de communisme.

Les communistes étaient respectés par leurs camarades de travail

- Implantation dans les usines, dans les quartiers populaires

- Esprit de parti, enthousiasme, cellules, organisations régionales, etc.


__________________________________________

Partager cet article

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • : But : Reconstruction d'un et d'un seul parti communiste au Canada, dans chaque pays et d'un et d'un seul Mouvement communiste international. À l'étape actuelle, la formation théorique-idéologique sur la doctrine de Marx et d'Engels, et de Lénine et de Staline est essentielle - (1) élaboration d'un programme d'études: (2) formation de cercles d'études marxistes-léninistes
  • Contact

Vidéo sur le 11 septembre 2001

Recherche

Hymne de l'U.R.S.S.

Images historiques

    Staline - imagesCAZWBVDE

                                                                                                                                                                                          Staline n'a pas quitté Moscou encerclée par les troupes nazies

Pages