Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 21:55

______________________________________________

 

Index chronologique - Notes sur l'histoire des Églises chrétiennes

Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - 06-12-2013

______________________________________________

 

Sous le mode de production basé sur l'esclavage :

 

Entre l'an 7 et l'an 5 av. J.-C. - Naissance de Jésus de Nazareth

Vers 30 ap. J.-C. - Exécution de Jésus

 

Les disciples de Jésus répandent la doctrine de leur maître - amour du prochain - égalisté des esclaves et de leur maîtres devant Dieu - don total de soi pour les autres connaît une diffusion très rapide dans tout l'Empire romain.

 

Certains membres des classes dominantes (maîtres d'esclave, membres de l'État, de l'administration et de l'armée) se convertissent au christianisme.

 

Les premiers chrétiens vivent selon les Actes des apôtres une vie de partage et d'amour.  Les maîtres d'esclaves convertis au christianisme libèrent leurs esclaves.

Les chrétiens, persécutés, doivent souvent se réunir en clandestinité - Catacombes -

 

Les empereurs (Dioclétien et autres) organisent leur massacre (exécussions, jeux de cirque, etc.).

 

300 - L'empereur Constantin décrète la fin des persécussions contre les chrétiens.  En échange, les chrétiens reconnaissent l'Empire romain L'Église reconnaît les maîtres d'esclaves comme classe dominante.

 

L'empire romain se divise en deux empires.

L'Église suit ses maîtres et se divise elle-aussi en deux Églises :

-l'Église catholique apostolique romaine; et

-l'Église orthodoxe

_____________________________________________________________________________________

 

Le mode de production féodal :


La chute de l'Empire romain - L'empire romain est renversé et envahi par les tribus barbares germaniques et autres.

Les techniques s'étant développées les esclaves ont moins de valeur que la terre.  Les barbares installent un nouveau mode de production : les chefs deviennent des seigneurs féodaux et les tribus, des serfs.  Le féodalisme remplace l'esclavage antique.

 

En France, l'Église reconnaît le chef Clovis, de la nouvelle classe dominante, les féodaux.  Clovis deviendra chrétien.

L'Église reconnaît Clovis et les féodaux comme classe dominante.

 

Rôle de l'Église sous le féodalisme.

 

L'Église, autrefois alliée à l'État romain devient alliée aux royaumes féodaux. 

 

Naissance de la bourgeoisie dans les bourgs en Italie et dans le reste de l'Europe - Les villes bourgeoises se développent et les seigneurs féodaux essaient de les soumettre.  Les villes bourgeoises résisteront de plus en plus à l'État féodal.


Au 16ème siècle, avec le développement de la bourgeoisie, de plus en plus en conflit avec le féodalisme.

 

Les idées de la bourgeoisie sont progressistes par rapport à celles de la classe féodale.

 

Naissance du protestantisme :

 

Certains théologiens (Martin Luther, Calvin, Zwigli, Thomas Münzer, etc.), commencent à s'opposer à la corruption, à l'abandon des principes chrétiens par la haute hiérarchie de l'Église, aux pratiques du clergé, à la collusion entre l'Église et l'État féodal. 

 

Thomas Münzer - théologien qui deviendra, au nom des principes de Jésus, révolutionnaire.  Il mobilisera systématiquement paysans, artisans, mineurs, etc. de toute l'Europe de langue allemande (Allemagne, Suisse, Autriche actuelles), armera le peuple et déclenchera la «Guerre des paysans d'Allemagne», dans le but de renverser le système et de mettre en place, sur terre, un gouvernement basé sur l'égalité.  Luther effrayé par le soulèvement des paysans, se mettra du côté du pouvoir et appuiera le massacre des insurgés.  Thomas Münzer sera exécuté.  Engels dira de Münzer qu'il a été l'un des premiers révolutionnaires de notre temps.

 

L'Europe sera plongée dans les guerres : (1) guerres de conquête entre monarchies; (2) guerre de classe entre bourgeoisie naissante et monarchies féodales; (3) guerres de religion entre protestants (alliés de la bourgeoisie naissante) et catholiques (alliés des monarchies féodales). 

 

17e siècle : Naissance de la méthode scientifique (Bacon et Descartes)

_____________________________________________________________________________________

 

Le mode de production capitaliste :


1789 - En France, la bourgeoisie soulèvera le peuple de Paris et déclenchera la Révolution bourgeoise française.  Le gouvernement révolutionnaire renversera le roi de droit divin.

 

Les révolutionnaires couperont la tête du roi Louis 16, de sa femme Marie-Antoinette, de membres de leur famille.

 

Une partie de l'Église soulèvera les paysans contre le gouvernement qui a tué "leur" roi, désigné par Dieu.  Le gouvernement bourgeois massacrera les Vendéens et les Chouans, restés fidèles au roi et à l'Église.

 

Napoléon imposera le Concordat entre l'État bourgeois et l'Église.

L'Église reconnaît la bourgeoisie comme classe dominante.

_________________________________________________________

 

Naissance du socialisme

 

1830 - Grandes insurrections ouvrière (insurrection des canuts en France, des tisserands de Silésie (Allemagne actuelle), mouvement chartiste en Angleterre)

 

1871 - Commune de Paris - la bourgeoisie prend panique


1962-1965 - Concile Vatican II - 

 

Le IIe concile œcuménique du Vatican, plus couramment appelé Vatican II, est le XXIe concile œcuménique de l'Église catholique. Il est ouvert le 11 octobre 1962 par le pape Jean XXIII et se termine le 8 décembre 1965 sous lepontificat de Paul VI.

On le considère généralement comme l'événement le plus marquant de l'histoire de l'Église catholique au xxe siècle, symbolisant son ouverture au monde moderne et à la culture contemporaine faite de progrès technologiques, d'émancipation des peuples et de sécularisation croissante. Des réponses sont cherchées dans un retour aux racines du christianisme1 : la Bible (sur la base de nouvelles recherches bibliques), la patristique et la Tradition (élaborée par les conciles, les papes et les traditions diocésaines transmises depuis le premier évangélisateur par succession apostolique). On a pu décrire le concile comme une réaction contre « l’immobilisme myope » et la « prépondérance des préoccupations juridiques sur l’inspiration évangélique » qui avaient caractérisé de plus en plus le catholicisme postérieur au concile de Trente2.

Le concile connut un déroulement inattendu : le programme préétabli par des cardinaux de la curie romaine, avec des textes quasi prêts à être votés, est rejeté3, et les pères conciliaires prennent alors leur agenda en main.

On débat notamment des célébrations liturgiques, du rapport que l'Église catholique doit entretenir avec les autres confessions chrétiennes, avec les autres religions, et la société en général. Mais aussi de thèmes plus spécifiquementthéologiques, comme la liberté religieuse et la Révélation.

 

1964 - Dictature au Brésil - Peu à peu il y aura une polarisation au sein de l'Église catholique brésilienne : l'Église de la base et certains évêques s'opposeront à la dictature militaire pendant que d'autres évêques, participeront aux défilés, aux cérémonies et aux cocktails de la dictature.

 

1968 - Gustavo Gutiérrez publie «Teología de la Liberación»

 

Les théologiens catholiques de divers pays appuient la théologie de la libération ( Léonardo et Clodovis Boff, etc.)

 

Selon les théologiens de la libération :


- Jésus est venu libéré les exploités et les opprimés.


- La société capitaliste vit dans le péché structurel : les structures capitalistes constituent un péché des riches contre les pauvres;


- La théologie de la libération s'oppose à la théologie de la soumission, de l'esclavage, de la collaboration de classe avec le capitalisme;


- Selon la théologie de la libération, il faut distinguer, à partir de l'alliance entre l'État et l'Église sous l'empereur Constantin, deux Église :

 

(1) l'Église pré-constantinienne, qui suivait les principes de Jésus, refusait toute collusion avec l'État, ; et

 

(2) l'Église constantinienne, c'est-à-dire l'Église catholique actuelle, qui est devenue :

-l'alliée de l'État romain des maîtres d'esclaves sous l'empereur Constantin,

-après la chute de l'Empire romain, l'alliée de l'État des seigneurs féodaux et,

-après la chute de l'État féodal, est devenue l'alliée de l'État des capitalistes et des impérialistes.

 

__________________________________________________________

 

 

Selon nous, la théologie de la libération n'est ni chrétienne ni marxiste :

 

-elle n'est pas chrétienne parce que la Bible contient 3 principes attribués à Jésus :

 

- Tendre l'autre joue (non-violence);


- Donner à César ce qui est à Cesar et à Dieu ce qui est à Dieu;


- Tout pouvoir vient de Dieu (le pouvoir de tout chef d'État au pouvoir ont donc été donné par Dieu et les chrétiens ne peuvent pas s'opposer)  Les catholiques et protestants qui auraient pu s'unir pour renverser Adolph Hitler ne l'ont pas fait parce qu'Hitler était au pouvoir et que Dieu l'y avait donc placé.

 

___________________________________________________________

Partager cet article

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - dans Index chronologique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • : But : Reconstruction d'un et d'un seul parti communiste au Canada, dans chaque pays et d'un et d'un seul Mouvement communiste international. À l'étape actuelle, la formation théorique-idéologique sur la doctrine de Marx et d'Engels, et de Lénine et de Staline est essentielle - (1) élaboration d'un programme d'études: (2) formation de cercles d'études marxistes-léninistes
  • Contact

Vidéo sur le 11 septembre 2001

Recherche

Hymne de l'U.R.S.S.

Images historiques

    Staline - imagesCAZWBVDE

                                                                                                                                                                                          Staline n'a pas quitté Moscou encerclée par les troupes nazies

Pages