Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 14:46

______________________________________________

 

Psychologie - La thérapie cognitive et comportementale - Quelques notes explicatives

Antonio Artuso - 06-12-2013

______________________________________________

 

Comment fonctionne la thérapie cognitive et comportementale :

___________________________________________________________________________________________

 

1) les idées agissent sur le système nerveux en produisant des produits chimiques (adhrénaline, sérotonine, etc.);

 

2) ces produits chimiques produisent des émotions

-pénibles : dépression, angoisse, rage

-agréables : sérénité

-dangeureuses : euphorie;

 

Les idées que nous nous faisons sur la réalité (conclusions sur nous-mêmes, sur les autres, sur la société, sur le sens de la vie, etc.) peuvent être justes ou erronées.

 

Si, par exemple, je crois que je ne vaux rien, ou que la société est un désastre sans solutions, ces idées produisent des produits chimiques dans mon système nerveux qui peuvent produire des émotions capables de me détruire [(1) dépression; (2) angoisse; (3) rage] ou me conduire à des conclusions dangeureuses (euphorie, etc.)

 

 La thérapie cognitive et comportementale demande à la personne qui souffre d'émotions pénibles d'analyser le réel et de corriger les idées erronées sur le réel.

 

Par exemple si je crois que je ne vaux rien, je dois examiné en quoi cela est vraie et en quoi cela est erroné.  Personne ne vaut rien.

 

Notre analyse de la vie (vision de la vie), acquise par nos parents, par nos conclusions ne correspond pas toujours à la réalité.

 

La thérapie cognitive et comportementale a deux parties :

 

(1) la partie cognitive (travail d'analyse):

-travail d'analyser de ses idées

-travail d'analyser les idées justes et les idées erronées

-travail d'analyser notre environnement, l'adaptabilité de nos comportements,  de, corriger ses points de vue incorrect


(2) la partie comportementale (trouver ce qui, dans notre comportement ou dans notre environnement provoque des idées qui provoquent des idées négatives):

 

le changement de comportement, d'environnement de vie, de travail, etc.

 

Un excellent manuel d'auto-thérapie : «Mind over Mood»

Mind Over Mood: Change How You Feel by Changing the Way You Think [Paperback]

Dennis Greenberger Christine A. Padesky 

Les CLSC et les hôpitaux offrent des sessions (individuelles ou collectives) de thérapie cognitive et comportementale.

 

Les séssion sont gratuites.

 

Dans la plupart des cas cette thérapie devient une méthode permanente de pensée et d'action.


___________________________________________________________

 

Brève chronologie :

___________________________________________________________

 

1880-1805 - Freud commence à développer les fondements de la psychanalyse (analyse du rôle des idées sur le fonctionnement du système nerveux - rôle des idées, qui peuvent causer la paralysie, etc. - études des désordres et des maladies mentatles.

 

Plus tard, de nombreux psychologues (Alfred Adler, Karl Jung, etc.) developpent de nouvelles analyses et thérapies.

 

1910 - Alfred Adler «Le sens de la vie», a beaucoup insisté sur les différentes conceptions de la vie que construisent les gens au cours de leur vie. La connaissance de l'être humain - La doctrine des névroses

 

1914-1918 - 1ère guerre mondiale - Les soldats atteints de «Shell Shock» (état de choc produit par les bombardements) - Des soldats sont fusillés pour lâcheté.  En effet l'armée refuse de reconnaître les effet psychologiques de la guerre 

 

Wikipedia - Shell shock is the reaction of some soldiers in World War I to the trauma of battle. It is a reaction to the intensity of the bombardment and fighting that produced a helplessness appearing variously as panic and being scared, or flight, an inability to reason, sleep, walk or talk. "Simply put, after even the most obedient soldier had enough shells rain down on him, without any means of fighting back, he often lost all self control."[1]

During the War, the concept of shell shock was ill-defined. Cases of "shell shock" could be interpreted as either a physical or psychological injury, or simply as a lack of moral fiber. While the term shell shock is no longer used in either medical or military discourse, it has entered into popular imagination and memory, and is often identified as the signature injury of the War.

In World War II and thereafter, diagnosis of "shell shock" was replaced by that of combat stress reaction, a similar but not identical response to the trauma of warfare.

[...] Shell shock and cowardice

 See also: British Army during World War I

Some men suffering from shell shock were put on trial, and even executed, for military crimes including desertion and cowardice. While it was recognised that the stresses of war could cause men to break down, a lasting episode was likely to be seen as symptomatic of an underlying lack of character.[10] For instance, in his testimony to the post-war Royal Commission examining shell-shock, Lord Gort said that shell-shock was a weakness and was not found in "good" units.[10] The continued pressure to avoid the medicalisation of shell shock meant that it was not, in itself, an admissible defence.

Executions of soldiers in the British Army were not commonplace. While there were 240,000 Courts Martial and 3080 death sentences handed down, in only 346 cases was the sentence carried out.[11] 266 British soldiers were executed for "Desertion", 18 for "Cowardice", 7 for "Quitting a post without authority", 5 for "Disobedience to a lawful command" and 2 for "Casting away arms".[12] Controversially, on 7 November 2006 the government of the United Kingdom gave them all a posthumous conditional pardon.[13]

In some cases, for instance that of Private Harry Farr, men were executed who had previously suffered from shell shock, and who would very likely today have been diagnosed with post-traumatic stress disorder or another psychiatric syndrome, and would not be executed. [...]

1933 - Alfred Adler -  Der Sinn des Lebens (Le sens de lla vie)

 

 

Guerre du Vietnam - des milliers de soldats sont atteints de désordres émotifs, de «Posttraumatic Stress Disorder». Les psychologues travaille sur des thérapies pour soigner les soldats.  La psychanalyse de Freud est très longue (plusieurs années) mais, en vérité, ne sert à rien.

 

Wikipedia : Posttraumatic stress disorder

 

Aaron Beck et plusieurs autres psychologues mettent au point des thérapies qui se ressemblent.  Idées => Fabrication par le système nerveux de produits chimiques internes => Émotions (pénibles, agréables, dangeureuses).

 

La plus efficace et utilisée est la «Cognitive and Behavioral Therapy», la thérapie cognitive et comportementale;

 

 

Il existe plusieurs conceptions de la vie (Weltanschauung)

selon les classes sociales :

 

-conceptions égoïstes de la bourgeoisie et de la petite-bourgeoise,

 

-conceptions idéalistes et religieuses - celles-ci ne sont pas basées sur des conceptions sur la matière concrète (matérialisme) : utopistes, chrétiennes, etc.

 

-conception matérialiste-dialectique

 

______________________________________________

Partager cet article

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - dans Psychologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • : But : Reconstruction d'un et d'un seul parti communiste au Canada, dans chaque pays et d'un et d'un seul Mouvement communiste international. À l'étape actuelle, la formation théorique-idéologique sur la doctrine de Marx et d'Engels, et de Lénine et de Staline est essentielle - (1) élaboration d'un programme d'études: (2) formation de cercles d'études marxistes-léninistes
  • Contact

Vidéo sur le 11 septembre 2001

Recherche

Hymne de l'U.R.S.S.

Images historiques

    Staline - imagesCAZWBVDE

                                                                                                                                                                                          Staline n'a pas quitté Moscou encerclée par les troupes nazies

Pages