Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 17:16
1 pièce jointe (34,9 Ko)
Télécharger Mandela.doc (34,9 Ko)
Mandela.doc
Consulter en ligne

On the Death of Nelson Mandela

By George Greene

All the bourgeois press has been crying crocodile tears over the death of Nelson Mandela, the long-time leader of the South African National Congress (ANC) and first president of post-apartheid South Africa. But they mostly neglect to mention that Mandela was arrested in 1962 based on intelligence information from a U.S. Central Intelligence Agency inside the ANC, that the ANC was considered a terrorist organization, and that the U.S. government had to grant a waiver for him to come to the U.S. for the first time in 1990, when he was given a hero’s welcome in the streets of Harlem, Bedford-Stuyvesant, East New York and elsewhere in New York and around the country. They also did not like the fact that South Africa’s liberation was aided by other anti-imperialist and revolutionary countries, such as Libya under Muammar Gadhafi and Cuba under Fidel Castro, aid that Mandela continued to extol during his visit to the U.S.

While they hypocritically decry Mandela’s 27 years in prison, they do not mention such political prisoners in the U.S. as Mumia Abu-Jamal, who has already spent 32 years in prison, Leonard Peltier now imprisoned for 37 years, Oscar Lopez Rivera imprisoned for 32 year, David Gilbert imprisoned for 32 years, or Lynne Stewart who has already served over 4 years of a 10 year sentence.

The bourgeois press also praised Mandela for “peacefully freeing” South Africa from white minority rule, while condemning President Mugabe of Zimbabwe who not only freed his country from white minority rule through armed struggle, but went on, at the end of the 20-year period mandated by the British-imposed Lancaster Agreement, to take over white-owned plantations and divide them up among landless African peasants. For this Zimbabwe has been placed under sanctions by the U.S. and Western Europe, and Mugabe himself has been demonized by the bourgeois press and its Trotskyite hangers-on.

In 1993, at the end of the apartheid era, Mandela together with F.W. de Klerk, the last apartheid president of South Africa, was given the Nobel Peace Prize. In a similar action, in 1973, after the conclusion of the Peace Accords on Vietnam, the Nobel Peace Prize was awarded to both Le Duc Tho, the chief negotiator for the Democratic Republic of [North] Vietnam, and Henry Kissinger, the U.S. Secretary of State and one of the chief architects of that imperialist war. But, unlike Mandela, Le Duc Tho declined to accept the prize.

There are further reasons why the bourgeois press praises Mandela and the ANC government. The agreements ending apartheid in South Africa, accepted by the ANC, included clauses saying that the major corporations in that country, owned by white South Africans and British and U.S. capitalists, could not be nationalized. At best, a few members of the African elite were put on the Boards of Directors of these corporations (similarly to allowing token representatives of unions on the Boards of Directors of U.S. corporations, such as Doug Fraser, then head of the UAW, who served on Chrysler’s Board of Directors). In doing this they violated the provisions of the Freedom Charter, adopted by the ANC in 1955, which stated: “The mineral wealth beneath the soil, the Banks and monopoly industry shall be transferred to the ownership of the people as a whole;” and that “Restrictions of land ownership on a racial basis shall be ended, and all the land re-divided amongst those who work it to banish famine and land hunger.” (See http://www.anc.org.za/show.php?id=72)

The fact that there has been no genuine change in white imperialist property relations in South Africa has led to the continuing poverty of the African masses, which has led to increasing revolts in recent years, especially among the miners.

The ANC, while it played the largest role in the fight against white minority rule, was never the only liberation movement. One cannot forget the Black Consciousness Movement, founded by Steve Biko, who was killed in prison in 1977 by the apartheid regime, or the Pan-Africanist Congress of Azania. In the late 1920s and 1930s, the SACP, under the influence of the Comintern, took up a revolutionary position, calling for an “independent native [Black] South African republic as a stage towards a workers’ and peasants’ republic with full, equal rights for all races.” (See the Resolution of the Comintern on the South African Question, at www.RedStarPublishers.org/sacp1928.doc.)  However, for decades the SACP, following the Khrushchevite line of “peaceful transition,” has become a thoroughly revisionist party that has abandoned any fight against the imperialist bourgeoisie in South Africa.

The gains of bourgeois democracy, in oppressed nations as well as in imperialist countries, are important to the working class because they clear the way for the further development of the class struggle, as Lenin frequently pointed out. This is clearly seen in the Black liberation movement in the U.S. Here, it was particularly after the formal defeat of Jim Crow with the passing of the Civil Rights Act in 1964 and the Voting Rights Act in 1965, that the movement moved beyond the demand for peaceful reforms. It was the Harlem rebellion of 1964, the rebellions in Detroit and Watts in 1967, and the hundreds of rebellions that broke out throughout the country after the assassination of Martin Luther King Jr. that marked the high-points of the movement here.

The petty-bourgeois left in the U.S., including the anti-imperialist left, confines itself to praising Mandela, while making no criticism of the accommodations made by him and the ANC with the white-led ruling class there. This is another example of their failure to provide any leadership in training proletarian and anti-imperialist revolutionaries in understanding current events along the road to a socialist revolution in the United States.

 ______________________________            

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - dans Analyse
commenter cet article
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 16:13

TEXTE À CORRIGER (Je me suis tromopé - j'ai expliqué mal et superficiellement et je me suis trompé) :

La bourgeoisie a tous les moyens qu'il faut pour faire ou défaire un gouvernement : l'argent, des juges, des militaires, etc., les médias.

La bourgeoisie met en place des chefs de gouvernements, des partis poltiques, des équipe qui lui semblent capables de défendre leurs intérêts, de leur faire augmenter leur profits.

Mais les différents secteurs de la bourgeoisie :

[1]  n'ont pas exactement les mêmes intérêts;

[2] ne s'entendent pas toujours sur les mêmes stratégies;

[3] ne sont pas toujours d'accord avec l'équipe politique au pouvoir, la trouvant trop molle ou trop dure;

[4] n'ont pas toujours à leur service des dirigeants capables de diriger (certains n'arrivent pas à convaincre les masses et ne font qu'atiser la colère des masses, d'autres sont trop mous et n'utilisent pas une répression suffisante pour mater les masses).

Ainsi, la bourgeoisie n'a pas un contrôle suffisant sur l'État et elle perd le contrôle.

 

LA BOURGEOISIE EST OBLIGÉE DE CHOISIR L'ÉQUIPE GOUVERNEMENTALE.  MAIS souvent, comme cela est évident dans le cas des États-Unis, ce sont des groupes de renards de la politique qui se connaissent, qui s'aident ou se combattent, trempant dant toutes les arnaques contre le prolétariat et le peuple en général (accords de libre échange, mondialisation, destrucgtion du système de santé, guerres, interventions.

 

La bourgeoisie compte sur cette faune de politiciens et de technocrates sans scrupules, sans pitié, sans UN PETIT GROUPE DE POLITICIEN DIRIGE TOUT PENDANT DES ANNÉES ET SE RELAIENT - AYANT SOUVENT TREMPÉ DANS TOUS LES COMPLOTS ET ÉTANT DE VIEUX RENARDS DE L'économie, de la politique, des guerres, des interventions secrètes, des assassinats, dirigeants des médias, des Armées, assassins que l'on au premier rang ou dans les coulisses pendant 1, 2, 3 décennies :

- Winston Churchill (guerre de boers, intervention 14 puissance URSS, guerre froite),

Kissinger (toutes les guerres et tous les coups d'États),

-la famille Bush (vente de pétrole aux nazis, père chef de la CIA, lié à l'assassinat de JFK, devenu président, dont le fils est devenu aussi président et co-organisateur des attentats terroristes du 11 septembre 2001,

- la faune de vampires et de requins, les vieux copains aux longues amitiés les Cheney, les Rumsfeld, les Wolfowitz, les Clinton, les Reagan, les Nixon, etc., les assassins de 6 millions de Vietnamiens, de millions d'Africain des ex-colonies espagnoles, les millions de torturés et de massacrés d'Amérique latine, les dirigeants et les agents de la CIA, des différentes branches de l'Opération Gladio, le plan Condor (génocide de la gauche en Amérique latine), le plan Colombia d'appui aux massacreurs de paysans pauvres et aux voleurs de territoires, etc.

 

 

Qu'est-ce qu'un «gouvernement secret au sein du gouvernement»?

 

C'est le groupe restreint de politiciens et de technocrates choisis par la bourgeoisie pour diriger l'État capitaliste, machine de répression des capitalistes pour maintenir la propriétée privée des moyens de production et assurer les plus grands profits.

 

L'État est constitué par les institutions juridiques, administratives, militaires, policières, carcérales, éducatives, médicales, sociales de la bourgeoisie au service de la bourgeoisie.

 

Les communistes doivent étudier ces questions dans les textes de Marx et Engels, de Lénine et de Staline.

 

Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - 10-12-2013

 

Le livre «American History - A Survey», d'Alan Brinkley - McGraw Hill, dans son volume II à la page 902, manuel d'histoire pourtant très "respectable" et très prudent, parle de l'existence d'un «gouvernement secret» au sein du gouvernement des États-Unis, sous la présidence de Ronald Reagan, révélé par le scandale Iran-Contra (Oliver North, etc.).

 

Mais en fait, il n'y a pas de «gouvernement secret».

Il y a tout simplement ce que Marx et Lénine appellent la dictature de la bourgeoisie.

Cette dictature est imposée par l'État capitaliste, qui se maintient en place par la bourgeoisie.

 

La dictature de la bourgeoisie c'est (1) la démocratie bourgeoise ou (2) la dictature fasciste :

 

1) le régime de dictature voilée de la démocratie bourgeoise :

L'État capitaliste est la machine de répression de la classe dominante pour maintenir la propriété privée des moyens de production et les profits les plus élevés.

L'État capitaliste garantit certains droits de la personne et certaines libertés civiles, très limitées, au prolétariat, aux nations (dans un pays multinational) et au peuple.

La démocratie bourgeoise s'applique aux pays développés.

Enrichie par l'exploitation des travailleurs des pays dominés, par l'oppression économique, politique et sociale des peuples, le pillage des ressources nationales canadiennes et celles de ces pays (mines et industries canadiennes un peu partout dans le monde), la bourgeoisie canadienne donne de plus grosses miettes au prolétariat canadien pour avoir la paix sociale.  Et les travailleurs de ces pays pensent que le capitalisme est le meilleur régime politique qui soit.

Et dans la compétition mondiale, l'État vise a faire la guerre pour accroître les avantage à la mafia impérialiste d'une puissance pour empêcher d'autres mafias impérialistes de saisir ses moyens de production et ses profits;

.

2) c'est aussi le régime de dictature ouverte et sanglante que l'on nomme la «dictature fasciste» :

La dictature fasciste, autre régime capitaliste, est l'autre face de la médaille qu'est le monde divisé en 2 faces : (1) celle des pays dominants et (2) celle des pays dominés.

Ce sont les dictatures fascistes que nous avons eu, que nous avons, et que nous aurons aussi longtemps que les mafias impérialistes domineront toutes les régions du monde.

La liste des dictatures fascistes appuyées par le capitalisme des États-Unis et des pays alliés est interminable : Brésil, Chili, Argentine, indonésie, etc.)

 

Les différents capitalistes s'unissent pour défendre leurs intérêts communs, tout en se combattant pour défendre leurs intérêts personnels.  Plusieurs mafias se divisent le territoire d'une ville.  Au sein d'un même pays, plusieurs groupes monopolistes se combattent et s'unissent.  Au niveau mondial, les mafias monopolistes qui dirigent les différentes puissances impérialistes (1) s'unissent contre le prolétariat et les peuples, (2) tout en se faisant la guerre (contradictions inter-impérialistes) : guerres impérialistes locales ou guerres impérialistes mondiales.

 

Et dans chaque État, dans chaque gouvernement, il y a des hiérarchies politiques et administratives.

Des groupes de politiciens et d'administrateurs, des partis politiques, des mafias se forment selon les intérêts des groupes capitalistes.

 

Ce sont ces hiérarchies de capitalistes, d'hommes d'État, de politiciens, de chefs de partis, de technocrates, de militaires, de lobbyistes, d'éminences grises, de grands dirigeants des médias, des universités, qui se combattent, chacun pour leur intérêts, leur prestige, leurs subordonnés, qui maintiennent la dictature des classes dominantes, et qui sont appuyées par celles-ci.  Les classes dominantes attendent et choisissent le politicien, le parti, le leader qui va le mieux servir leurs intérête et détruisent ceux qui ne font pas leur affaire.

 

On parle de «gouvernement secret» au sein du gouvernement, mais tous les gouvernements sont dirigés par une poignée de personnes.

Les décisions adoptées par les Parlements sont prises hors de ces Parlements.

Les décisions adoptées par les Parlements sont prises dans les conseils d'administration des grands monopoles.

Il y a, bien sûr, certains parlementaires exceptionnels qui essaient de se battre contre des politiciens réactionnaires, corrompus, cyniques, criminels qui appuient le système et la mafia dominante dans chaque pays.

 

Peu importe, dans le système capitaliste les scandales de corruption, les assassinats de politiciens locaux et étrangers, les interventions militaires, les guerres, les vols par les banques de milliards de dollars des contribuables (2008-USA) se sont succédés et se succèderont :

 

Plusieurs faits prouvent que Lincoln n'a pas été assassiné par Booth, acteur égocentrique.

Dans le journal de Booth qui a été retrouvé, 18 pages ont été arrachées.

Certains historiens pensent qu'elles contenaient peut-être les noms de personnes haut placées qui avaient appuyé l'assassinat.

 

-assassinats successifs de John Kennedy, de Robert Kennedy, de Martin Luther King Jr., etc. dans une très courte période.

 

-prétendus incidents du golfe du Tonkin, campagne de mensonges médiatiques par les politiciens et les médias, qui ont déclenché la guerre du Vietnam

 

-11 septembre 2011, pour installer une dictature aux États-Unis et envahir les pays stratégiquement importants pour la domination mondiale

 

Ces complots ne sont pas des cas particuliers de la démocratie bourgeoise.

Ce ne sont pas des erreurs de parcours de la social démocratie.

Ce ne sont pas des déviations des systèmes gouvernementaux capitalistes.

 

La lutte de classe est d'une extrême violence.

 

C'est ainsi que se succèdent

-Les guerres locales, régionales, mondiales

-Les scandales financiers

crises économiquesse succèdent

Les interventions des puissances impérialistes dominantes.

 

 

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - dans Analyse
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 14:01

 

Au nom de la Torah - Une Histoire de L'Opposition Juive au Sionisme Yakov M. Rabkin

Cet ouvrage montre pourquoi il est important de se débarrasser du mythe selon lequel Israel protège tous les juifs et constitue ainsi leur patrie naturelle à tous. Car c'est précisément ce mythe qui empêche de nombreuses personnes, y compris les juifs d'Israël, de reconnaître l'authenticité de la position adoptée par les rabbins antisionistes, d'admettre que cette position est tout à fait fidèle à la tradition juive. La reconnaissance de la légitimité de l'antisionisme religieux est essentielle au débat sur Israël et le sionisme. Étant donné que les sionistes, tant juifs que chrétiens, nient toute légitimité à l'antisionisme, ce débat demeure étouffé de nos jours. 

 


Au nom de la Torah - Une Histoire de L'Opposition Juive au Sionisme Yakov M. Rabkin

Préface de Joseph Agassi

En Europe, au XIXème siècle, beaucoup pratiquaient à la fois le laïcisme et la religion. D'autres pratiquaient le laïcisme au lieu de la religion. Le nationalisme a ainsi pu se transformer en une religion laïque, faisant de l'État un monstre qui a causé les pires catastrophes du XXème siècle. 

Le présent ouvrage stimule le débat sur le nationalisme à l'égard de mon propre pays. L'auteur se penche sur la remise en question du mythe selon lequel Israël protège tous les juifs et constitue ainsi leur patrie naturelle à tous. À juste titre, le livre démontre que ce mythe est anti-juif. Les Israéliens, pour la plupart, prennent ce mythe pour le sionisme, soutenant que nous ne pourrons véritablement accéder à l'indépendance que le jour du rassemblement intégral des diasporas. Dans ce contexte, la question vitale pour les juifs du monde est la suivante : les intérêts d'Israël concordent-ils avec ceux des juifs de la diaspora ou entrent-ils au contraire en conflit avec eux? 

Or, pour l'idéologie sioniste actuelle, il s'agit là d'une question tabou. Le pire est que cette idéologie considère l'antisémitisme comme inéluctable et Israël comme le seul endroit au monde où les juifs puissent se trouver en sécurité. Ce concept est essentiellement antidémocratique : il nie a priori la valeur de l'émancipation des juifs dans l'ensemble du monde moderne. Il sert aussi à justifier l'exigence sioniste de voir tous les juifs soutenir Israël, souvent aux dépens des intérêts nationaux des pays dans lesquels ils vivent. La plupart des dirigeants de la diaspora n'ont pas de meilleur programme que de défendre Israël en se fondant sur le principe vicié suivant : « mon pays, qu'il ait raison ou tort ». 

Les gouvernements israéliens se comportent donc comme les dirigeants d'une communauté qui se trouve encore dans un ghetto et balaient du revers de la main les intérêts des non-juifs d'Israël, de sorte qu'Israël demeure perpétuellement en état de guerre, car un ghetto muni d'une puissante armée est dangereux. 

Cet ouvrage montre pourquoi il est important de se débarrasser du mythe en question. Car c'est précisément ce mythe qui empêche de nombreuses personnes, y compris les juifs d'Israël, de reconnaître l'authenticité de la position adoptée par les rabbins antisionistes, d'admettre que cette position est tout à fait fidèle à la tradition juive. La reconnaissance de la légitimité de l'antisionisme religieux est essentielle au débat sur Israël et le sionisme. Étant donné que les sionistes, tant juifs que chrétiens, nient toute légitimité à l'antisionisme, ce débat demeure étouffé de nos jours. 

L'importance de se familiariser avec l'antisionisme fondé sur la Torah n'est que trop évidente ; l'ignorer ne fait que renforcer le culte de la vache sacrée du sionisme moderne. Et cela comprend les thèses de la nature centrale d'Israël dans la vie juive partout dans le monde et du droit du gouvernement israélien de parler au nom des juifs de la diaspora. Ce culte stipule également que les juifs non israéliens ne peuvent exprimer aucun désaccord avec quelque position officielle d'Israël que ce soit. Dernièrement, un congrès sioniste a assimilé toute opposition au sionisme à de l'antisémitisme, une déclaration qui a de graves conséquences pour de nombreux juifs dans le monde entier, y compris en Israël. Rendre illégitime la moindre remise en question des positions officielles d'Israël est tout simplement scandaleux, et la critique que contient cet ouvrage n'est qu'un début de cette remise en question. 

On ne saurait nier l'importance, sur le plan intellectuel, d'une pensée claire, notamment de la capacité d'établir des distinctions entre les concepts. Peut-être son importance sur le plan pratique est-elle moins évidente. C'est là que le présent ouvrage devient particulièrement utile. Se fondant sur des documents historiques importants mais peu connus, il démontre toute la différence qui existe entre ces concepts : le sionisme, le judaïsme ; Israël en tant qu'État, en tant que pays, en tant que territoire, en tant que Terre sainte; les juifs (les Israéliens et les autres), les Israéliens (juifs et non-juifs), les sionistes (juifs et chrétiens) et les antisionistes (encore une fois juifs et chrétiens). Quand on parle d'État juif pour désigner Israël, par exemple, cela donne lieu à une confusion aussi réelle que dangereuse entre la foi et la nationalité. 

On n'a pas besoin d'être religieux pour protester contre le recours par Israël à des arguments religieux. Je ne suis pas religieux et je ne cède pas à la mode actuelle parmi les intellectuels israéliens d'éreinter le sionisme et son histoire. Or, en tant que patriote israélien et en tant que philosophe, je considère qu'il est essentiel d'intégrer le discours de l'antisionisme judaïque dans le débat public sur notre passé, notre présent et notre avenir, un débat dont nous avons grand besoin. 

Joseph Agassi 
Membre de la Société royale du Canada 
Université de Tel-Aviv et Université York, Toronto 
Pages Web: http://www.tau. ac.il/-agass/ 


Ce livre est édité par les Presses de l'Université Laval 


Le Sionisme en question – Analyse critique et psychanalyse d’une idéologie nationaliste

 

 

Yakov M. Rabkin

From Wikipedia, the free encyclopedia

Yakov M. Rabkin is a professor of history at the Université de Montréal, author and public intellectual. His book A Threat from Within: A Century of Jewish Opposition to Zionism was nominated for best French to English translation for "an important and timely work" at the 2006 Governor General's Awards.[1] It has also been listed as one of the three best books of the year by Japan’s leading daily Asahi Shimbun in 2010.[2] This book is currently available in twelve languages.

His book A Threat from Within: A Century of Jewish Opposition to Zionism has drawn both praise and criticism. While the book has been praised for its detailed examination of the history of opposition of Ultra-Othordox Jews to Zionism and its documentation of "ideas with which all Jews – secular to religious, anti-Zionist to Zionist – should be familiar" it has also been criticised for its "combative writing style and a selective use of history." One critic wrote that: "Rabkin can't resist from widely citing people who name-call and painting all Zionists as evil" and that this style of writing "diminishes the credibility of his argument."[3][4]

His other published works include studies of relations between science and technology,[5] research on cultural aspects of science,[6] including studies of Jews in the scientific profession,[7]Science Between the Superpowers (Priority Press), a study of programs for the exchange of U.S and Soviet Union scientists,[8] as well as works on the fate of Soviet science[9] and scientists[10] after the dismemberment of the USSR and, more generally, on science and political freedoms.[11] Over the course of his career, he has given several hundred public lectures to academic and general audiences in over thirty countries.

On July 11, 2007, Rabkin joined Montreal lawyers and academics in publishing an opinion piece in Le Devoir demanding an explanation from McGill University for the dismissal of religious studies lecturer Norman Cornett.[12]

In May 2010, Rabkin defended the group Queers Against Israeli Apartheid (QUAIA), stating that "It is critical for the survival of our freedoms to resist the efforts of the "Israel-first" Zionists to censor free speech" and that QUAIA's activism is "uncomfortable for Israel's apologists in this country." He added that "One may sympathize with Israel fans in this country who find it hard to present the state of Israel in an attractive light. By campaigning to ban the QUAIA, they only confirm what many have long suspected: that Israel is indeed an apartheid state."[13]

In a conversation with Alan Hart, Hart later stated that he had asked Rabkin "Is it reasonable to say that the Jews of the world now have a choice to make? either to reaffirm their commitment to Judaism and renounce Zionism, or to reaffirm or affirm their commitment to Zionism and renounce Judaism?” Hart stated that Rabkin simply responded "Yes!”[14]

Rabkin largely rejects the concept of a two-state solution for the Israel/Palestine conflict, and has expressed strong support for a bi-national state.[13]

References[edit]

  1. Jump up^ The Canada Council for the Arts http://www.canadacouncil.ca/prizes/ggla/2006/no128053124181086812.htm. Retrieved 15 February 2011.  Missing or empty |title= (help)
  2. Jump up^ "Capsule Le livre d’un historien québécois primé au Japon comme l’un des meilleurs livres de l’année 2010."CERIUM. Retrieved 12 January 2011. 
  3. Jump up^ Enemies of the state by Ralph Amelan, Jerusalem Post, December 28, 2006.
  4. Jump up^ Bias ruins anti-Zionist book by Cynthia Ramsay, Jewish Independent, April 7, 2006.
  5. Jump up^ http://books.google.ca/books?id=AAf8sk_v2SEC&pg=PA3&lpg=PA3&dq=infrared+rabkin&source=bl&ots=2cq6SuZak8&sig=WdGp7_Ehzxz02f2H5T78OXFr4vE&hl=en#v=onepage&q=infrared%20rabkin&f=false
  6. Jump up^ http://ssi.sagepub.com/content/25/4/967.extract][http://sss.sagepub.com/content/9/4/499.short
  7. Jump up^ http://www.yakovrabkin.ca/english/articles/judaism-zionism-and-israel/american-jews-in-the-physical-sciences-2008
  8. Jump up^ Campbell, John C. (Winter 1988/89). "Capsule review"Foreign Affairs (Council on Foreign Relations). 
  9. Jump up^ http://books.google.ca/books?hl=en&lr=&id=_FTF-vJOTHAC&oi=fnd&pg=PA339&dq=rabkin+science+russia&ots=K3BIdWydIb&sig=BN2aZDdcaTmjxnJwlYURqyKIlww#v=onepage&q=rabkin%20science%20russia&f=false
  10. Jump up^ http://docserver.ingentaconnect.com/deliver/connect/beech/03023427/v31n1/s1.pdf?expires=1321152907&id=65614234&titleid=898&accname=Guest+User&checksum=E398B3E0765D2B1B59172021CF24084A
  11. Jump up^ http://books.google.ca/books?id=r6D8j5-c3N4C&pg=PA17&lpg=PA17&dq=mirskaya+rabkin+totalitarianism&source=bl&ots=UEANsgJAbh&sig=5XLtCxMgJPRBaNt_aR5CnoGwKng&hl=en#v=onepage&q=mirskaya%20rabkin%20totalitarianism&f=false
  12. Jump up^ "L’université McGill pratique-t-elle la censure ?"Le Devoir (in French) (Vigile.net). 2007-07-11. Retrieved 2009-03-30. 
  13. Jump up to:a b Counterpoint: Yakov Rabkin on Pride parade by Yakov Rabkin, National Post, May 7, 2010.
  14. Jump up^ Open letter to British Conservative Party leader David Cameron by Alan Hart, August 2, 2007. Posted on Alanhart.net)

External links[edit]

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - dans Analyse
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 13:26

Ce que sont les «Libertarians»

- Ron Paul

- Nick Gillespie - Reason Magazine

- Matt Welsh - Reason Magazine

- Garry Johnson

 

- Ils sont contre le socialisme, contre le système de sécurité sociale, contre le système de santé gratuit

 

Voir l'entrevue du journaliste Thom Hartmann avec Matt Welsh, éditeur en chef du «Reason Magazine»

 

Hartmann demande à Welsh : est-ce que les «Libertarians» sont «Conservatives» ou des «Liberals» (dans le sens étatsunien du terme, c'est-à-dire «progressistes») - http://www.youtube.com/watch?v=dJMU5Cw8R_M

 

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - dans Analyse
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 14:08

Les capitalistes exercent leur dictature en alternant deux formes poltiques : (1) la social démocratie et (2) le fascisme

 

Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - 20-11-2013

 

Comment, par quelles tactiques à court terme et stratégies à long terme, les capitalistes des puissances dominantes se sont maintenus et se maintiennent au pouvoir et ont réalisé et réalisent des profits gigantesques :

(1) en système colonialiste (avant 1890);

(2) en système impérialiste (après 1890);

(3) en système néocolonialiste.

 

[Voir ci-dessous (1) l'explication du tournant de 1890 (passage du capitalisme concurrentiel au capitalisme monopoliste - impérialisme) et (2) une définition des trois termes - colonialisme, impérialisme et néo-colonialisme]

 

(1) d'une part ils installent des dictatures sanglantes, de type fasciste (aucune loi, aucun droit pour les travailleurs et pour le peuple) dans leurs colonies, dans les pays qu'ils dominent économiquement (et donc politiquemen), et leurs néo-colonies (Ex. : pays que des puissances comme les États-Unis sont obligées de maintenir sous leur domination militaire directe, comme du temps des colonies), exploitant sans pitier les travailleurs;

 

(2) d'autre part, ces capitalistes offrent au prolétariat des pays «avancés» (métropoles colonialistes et impérialistes) le régime politique de la "social démocratie", de la démocratie bourgeoise, c'est-à-dire certains droits constitutionnels et libertés civiles et des salaires et des conditions de vie et de travail supérieures aux pays dominés sauvagement.  Il ne faut, évidemment, pas que les travailleurs menacent les droits et la liberté des patrons.

 

Mais quand la situation devient dangeureuse pour leurs intérêts, leurs profits ou l'ordre capitaliste, la bourgeoisie impose, au moyen de son État, des période de dictature ouverte de la bourgeoisie, des états de siège, des lois des mesures de guerres, des périodes de dictature fasciste pendant quelques années (1964, coup d'État et dictature militaires au Brésil, qui a duré 20 années - 1973, coup d'État et dictature militaires au Chili, qui a duré 17 années, etc.) ou des dictatures permanentes. 

 

C'est la méthode de la carotte et du bâton pour se maintenir au pouvoir et s'enrichir monstrueusement.

 

Les grandes puissances capitalistes pillent et massacrent les peuples de leurs colonies (et leurs néo-colonies) et assurent un certain confort matériel et certains droits au prolétariat et au peuple de la métropoles (des miettes plus grosses pour les pays riches, miettes qui tombent de la table du patronat, des capitalistes, pendant que la classe dominante mange le pain extorqué aux colonies et à «leurs» propres ouvriers.)

 

L'État (institutions politiques, administratives, militaires, policières, législatives, judiciaires, etc.) est la machine de répression de la classe dominante (la classe des maîtres d'esclaves, la classe des seigneurs féodaux, la classe des capitalistes ou le prolétariat) contre la classe dominée (esclaves, serfs, prolétaires et, sous la dictature du prolétariat, la bourgeoisie.  Le socialisme abolira les différences de classe et donc les classes, et finalement l'État dépérira, conduisant à la société sans classe, au communisme, 2ème étape du socialisme).

 

Lénine écrit dans «L'impérialisme, stade suprême du capitalisme» :

 

«Ce livre montre que la guerre de 1914-1918 a été de part et d'autre une guerre impérialiste (c'est-à-dire une guerre de conquête, de pillage, de brigandage), une guerre pour le partage du monde, pour la distribution et la redistribucion des colonies, des «zones d'influence» du capital financier, etc.» [page 4 de l'édition chinoise]

 

«(...) les guerres impérialistes sont absolument inévitables, aussi longtemps qu'existera la propriété privée des moyens de production.» [page 5 de l'édition chinoise]

 

«Où est donc la base économique de ce phénomène historique universel [A.A. : Lénine se réfère au réformisme, à la trahison des social-démocrates de la IIe Internationale, à la corruption de l'aristocratie ouvrière des pays riches, qui se sont rangés du côté de la bourgeoisie et ont trahi le prolétariat et les peuples]?

 

Précisément dans le parasitisme et la putréfaction qui caractérisent le stade historique suprême du capitalisme, c'est-à-dire l'impérialisme.

 

Comme il est montré dans ce livre, le capitalisme a assuré une situation privilégiée à une poignée (moins d'un dixième de la population du globe ou, en comptant de la façon la plus «large» et la plus exagérée, moins d'un cinquième) d'États particulièrement riches et puissants, qui pillent le monde entier par une simple «tonte des coupons» [A.A. : Lénine se réfère aux bons des actions, que les actionnaires découpent et échangent contre de l'argent, profits des actions provenant de l'exploitation des travailleurs et du pillage des pays].  L'exportation des capitaux procure un revenu annuel de 8 à 10 milliards de francs, d'après les prix et les statistiques bourgeoises d'avant-guerre.  Aujourd'hui beaucoup plus, évidemment.

 

On conçoit que ce gigantesque surprofit (car il est obtenu en sus [A.A. : en plus] du profit que les capitalistes extorquent aux ouvriers de «leur» pays, permette de corrompre les chefs ouvriers et la couche supérieure de l'aristocratie ouvrière.  Et les capitalistes des pays «avancés» la corrompent effectivement : ils la corrompent par mille moyens, directs et indirects, ouverts et camouflés.

 

Cette couche d'ouvriers embourgeoisés ou de l'«aristocratie ouvrière», entièrement petits-bourgeois par leur mode de vie, par leurs salaires, par toute leur conception du monde, est le principal soutien de la IIe Internationale, et, de nos jours, le principal soutien social (pas militaire) de la bourgeoisie.  Car ce sont de véritables agents de la bourgeoisie au sein du mouvement ouvrier, des commis ouvriers de la classe des capitalistes (labor lieutenants of the capitalist class [6]), de véritables propagateurs du réformisme et du chauvinisme.  Dans la guerre civile entre prolétariat et bourgeoisie, un nombre appréciable d'entre eux se range inévitablement aux côtés de la bourgeoisie, aux côtés des «Versaillais» contre les «communards» [A.A. : allusion de Lénine à la Commune de Paris (1871), premier État socialiste au monde, première dictature du prolétariat, qui n'a duré que 3 mois et a été écrasée par les soldats de Versailles, où s'était réfugié le gouvernement bourgeois déchu par le peuple de Paris].

 

Si l'on n'a pas compris l'origine économique de ce phénomène, si l'on n'en a pas mesuré la portée politique et sociale, il est impossible d'avancer d'un pas dans l'accomplissement des tâches pratiques du mouvement communiste et de la révolution sociale à venir.

 

L'impérialisme est le prélude de la révolution sociale du prolétariat.  Cela s'est confirmé, depuis 1917, à l'échelle mondiale.»

[pages 9 et 10 de l'édition chinoise]

 

[Lénine - 1920 - L'impérialisme, stade suprême du capitalisme]

_____________________________

 

COMMENTAIRES DE R.C.C. :

 

(1) Le tournant de 1890 - du capitalisme concurrentiel au capitalisme monopoliste (impérialisme) :

 

Le capitalisme, à l'origine concurrentiel, a atteint son stade suprême actuel, le state de l'impérialisme, c'est-à-dire du capitalisme de l'époque des monopoles (l'époque des crises, de la dictature ouverte des capitalistes, le fascisme et des guerres civiles, régionales et mondiales) :


Vers 1890, dans les pays capitalistes «avancés», le capital industriel et le capital bancaire ont fusionné pour créer le capital financier, qui permet une concentration du pouvoir d'État, l'organisation des invasion d'autres pays.

 

(2) Ma définition des trois régimes suivants : (1) «colonialisme», (2) «impérialisme» et (3) «néo-colonialisme».

 

La différence entre ces trois régime dépend du type de contrôle économique, politique et militaire, et surtout sur le contrôle militaire, DIRECT OU INDIRECT, selon le cas :

 

(1) Sous le colonialisme (avant 1890 - voir note ci-dessus sur le tournant), les capitalistes de la métropole dirigent leurs colonies en y envoyant ses soldats et en y installant leur État (contrôle politique).

 

Le contrôle est économique, politique et militaire.

 

Présence militaire étrangère et contrôle militaire direct par des soldats étrangers (troupes françaises, britanniques, espagnoles, portugaises dans les colonies);

 

(2) Sous l'impérialisme (après 1890) - les capitalistes des grandes puissances impérialistes n'ont plus besoin d'envoyer leur soldats.  Ils se limitent de contrôler les pays économiquement en exportant des capitaux.

 

Les États indépendants, au moyen de leur propre armée et leur administration, exploitent les travailleur, oppriment économiquement, politiquement et socialement "leur" peuples et enrichissent les capitalistes des grandes puissances impérialistes.contrôle militaire national par l'État national soi-disant indépendant politiquement mais dépendant économiquement et recevant des armes de la puissance impérialiste dominante;

 

(3) Sous le néo-colonialisme :

 

[a] les capitalistes états-uniens ont transféré la production dans les pays où les salaires des travailleurs sont infra-humains (Chine soi-disant socialiste, maquiladoras mexicaines, Bangla Desh et autres pays de manufactures de vêtements où enfants, femmes et hommes travaillent entre 10 et 14 heures par jour, 6 ou 7 jours par semaine, pour un salaire de 20 à 30 dollars par mois).  La classe ouvrière est réduite au maximum aux États-Unis et les capitalistes états-uniens investissent dans les pays où l'oppression est plus forte;

 

[b] les troupes étatsuniennes doivent se rendre dans les pays conquis militairement pour maintenir l'ordre et empêcher la révolution - le néo-colonialisme est un retour à l'occupation militaire des colonies de la France, de l'Angleterre, du Portugal, de l'Espagne, de l'époque du colonialisme, c'est-à-dire du 16ème siècle aux périodes de «décolonisation» d'après les deux premières guerres mondiales.

 

Les capitalistes préfèrent le fascisme, mais s'accomodent avec la social-démocratie (la démocratie bourgeoise) si cela leur est plus rentable.  Ils font leur comptabilité : quel régime rapporte le plus selon la région.

 

De toute façon, il y a l'État capitaliste, social-démocratie ou fascisme, qui exerce la dictature des capitalistes, c'est-à-dire le contrôle économique, politique, social, militaire, idéologique, médiatique, académique, judiciaire.

 

La révolution socialiste se prépare depuis la Révolution bourgeoise française (Hébert, Rioux, Gracchus Babeuf, les premiers révolutionnaires socialistes), les insurrections et les mouvements ouvrier de 1830 (Canuts, tisserants de Silésie, mouvement chartiste en France), Commune de Paris (1871), Révolution d'Octobre, révolutions de libération nationale qui ont ou n'ont pas abouti au socialisme, etc.

 

«L'impérialisme est le prélude de la révolution sociale du prolétariat.  Cela s'est confirmé, depuis 1917, à l'échelle mondiale.» [Pages 9 et 10 de l'édition chinoise - Lénine - 1920 - L'impérialisme, stade suprême du capitalisme]

 

_________________________ 

 

 

 

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - dans Analyse
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • : But : Reconstruction d'un et d'un seul parti communiste au Canada, dans chaque pays et d'un et d'un seul Mouvement communiste international. À l'étape actuelle, la formation théorique-idéologique sur la doctrine de Marx et d'Engels, et de Lénine et de Staline est essentielle - (1) élaboration d'un programme d'études: (2) formation de cercles d'études marxistes-léninistes
  • Contact

Vidéo sur le 11 septembre 2001

Recherche

Hymne de l'U.R.S.S.

Images historiques

    Staline - imagesCAZWBVDE

                                                                                                                                                                                          Staline n'a pas quitté Moscou encerclée par les troupes nazies

Pages