Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 14:01

 

Au nom de la Torah - Une Histoire de L'Opposition Juive au Sionisme Yakov M. Rabkin

Cet ouvrage montre pourquoi il est important de se débarrasser du mythe selon lequel Israel protège tous les juifs et constitue ainsi leur patrie naturelle à tous. Car c'est précisément ce mythe qui empêche de nombreuses personnes, y compris les juifs d'Israël, de reconnaître l'authenticité de la position adoptée par les rabbins antisionistes, d'admettre que cette position est tout à fait fidèle à la tradition juive. La reconnaissance de la légitimité de l'antisionisme religieux est essentielle au débat sur Israël et le sionisme. Étant donné que les sionistes, tant juifs que chrétiens, nient toute légitimité à l'antisionisme, ce débat demeure étouffé de nos jours. 

 


Au nom de la Torah - Une Histoire de L'Opposition Juive au Sionisme Yakov M. Rabkin

Préface de Joseph Agassi

En Europe, au XIXème siècle, beaucoup pratiquaient à la fois le laïcisme et la religion. D'autres pratiquaient le laïcisme au lieu de la religion. Le nationalisme a ainsi pu se transformer en une religion laïque, faisant de l'État un monstre qui a causé les pires catastrophes du XXème siècle. 

Le présent ouvrage stimule le débat sur le nationalisme à l'égard de mon propre pays. L'auteur se penche sur la remise en question du mythe selon lequel Israël protège tous les juifs et constitue ainsi leur patrie naturelle à tous. À juste titre, le livre démontre que ce mythe est anti-juif. Les Israéliens, pour la plupart, prennent ce mythe pour le sionisme, soutenant que nous ne pourrons véritablement accéder à l'indépendance que le jour du rassemblement intégral des diasporas. Dans ce contexte, la question vitale pour les juifs du monde est la suivante : les intérêts d'Israël concordent-ils avec ceux des juifs de la diaspora ou entrent-ils au contraire en conflit avec eux? 

Or, pour l'idéologie sioniste actuelle, il s'agit là d'une question tabou. Le pire est que cette idéologie considère l'antisémitisme comme inéluctable et Israël comme le seul endroit au monde où les juifs puissent se trouver en sécurité. Ce concept est essentiellement antidémocratique : il nie a priori la valeur de l'émancipation des juifs dans l'ensemble du monde moderne. Il sert aussi à justifier l'exigence sioniste de voir tous les juifs soutenir Israël, souvent aux dépens des intérêts nationaux des pays dans lesquels ils vivent. La plupart des dirigeants de la diaspora n'ont pas de meilleur programme que de défendre Israël en se fondant sur le principe vicié suivant : « mon pays, qu'il ait raison ou tort ». 

Les gouvernements israéliens se comportent donc comme les dirigeants d'une communauté qui se trouve encore dans un ghetto et balaient du revers de la main les intérêts des non-juifs d'Israël, de sorte qu'Israël demeure perpétuellement en état de guerre, car un ghetto muni d'une puissante armée est dangereux. 

Cet ouvrage montre pourquoi il est important de se débarrasser du mythe en question. Car c'est précisément ce mythe qui empêche de nombreuses personnes, y compris les juifs d'Israël, de reconnaître l'authenticité de la position adoptée par les rabbins antisionistes, d'admettre que cette position est tout à fait fidèle à la tradition juive. La reconnaissance de la légitimité de l'antisionisme religieux est essentielle au débat sur Israël et le sionisme. Étant donné que les sionistes, tant juifs que chrétiens, nient toute légitimité à l'antisionisme, ce débat demeure étouffé de nos jours. 

L'importance de se familiariser avec l'antisionisme fondé sur la Torah n'est que trop évidente ; l'ignorer ne fait que renforcer le culte de la vache sacrée du sionisme moderne. Et cela comprend les thèses de la nature centrale d'Israël dans la vie juive partout dans le monde et du droit du gouvernement israélien de parler au nom des juifs de la diaspora. Ce culte stipule également que les juifs non israéliens ne peuvent exprimer aucun désaccord avec quelque position officielle d'Israël que ce soit. Dernièrement, un congrès sioniste a assimilé toute opposition au sionisme à de l'antisémitisme, une déclaration qui a de graves conséquences pour de nombreux juifs dans le monde entier, y compris en Israël. Rendre illégitime la moindre remise en question des positions officielles d'Israël est tout simplement scandaleux, et la critique que contient cet ouvrage n'est qu'un début de cette remise en question. 

On ne saurait nier l'importance, sur le plan intellectuel, d'une pensée claire, notamment de la capacité d'établir des distinctions entre les concepts. Peut-être son importance sur le plan pratique est-elle moins évidente. C'est là que le présent ouvrage devient particulièrement utile. Se fondant sur des documents historiques importants mais peu connus, il démontre toute la différence qui existe entre ces concepts : le sionisme, le judaïsme ; Israël en tant qu'État, en tant que pays, en tant que territoire, en tant que Terre sainte; les juifs (les Israéliens et les autres), les Israéliens (juifs et non-juifs), les sionistes (juifs et chrétiens) et les antisionistes (encore une fois juifs et chrétiens). Quand on parle d'État juif pour désigner Israël, par exemple, cela donne lieu à une confusion aussi réelle que dangereuse entre la foi et la nationalité. 

On n'a pas besoin d'être religieux pour protester contre le recours par Israël à des arguments religieux. Je ne suis pas religieux et je ne cède pas à la mode actuelle parmi les intellectuels israéliens d'éreinter le sionisme et son histoire. Or, en tant que patriote israélien et en tant que philosophe, je considère qu'il est essentiel d'intégrer le discours de l'antisionisme judaïque dans le débat public sur notre passé, notre présent et notre avenir, un débat dont nous avons grand besoin. 

Joseph Agassi 
Membre de la Société royale du Canada 
Université de Tel-Aviv et Université York, Toronto 
Pages Web: http://www.tau. ac.il/-agass/ 


Ce livre est édité par les Presses de l'Université Laval 


Le Sionisme en question – Analyse critique et psychanalyse d’une idéologie nationaliste

 

 

Yakov M. Rabkin

From Wikipedia, the free encyclopedia

Yakov M. Rabkin is a professor of history at the Université de Montréal, author and public intellectual. His book A Threat from Within: A Century of Jewish Opposition to Zionism was nominated for best French to English translation for "an important and timely work" at the 2006 Governor General's Awards.[1] It has also been listed as one of the three best books of the year by Japan’s leading daily Asahi Shimbun in 2010.[2] This book is currently available in twelve languages.

His book A Threat from Within: A Century of Jewish Opposition to Zionism has drawn both praise and criticism. While the book has been praised for its detailed examination of the history of opposition of Ultra-Othordox Jews to Zionism and its documentation of "ideas with which all Jews – secular to religious, anti-Zionist to Zionist – should be familiar" it has also been criticised for its "combative writing style and a selective use of history." One critic wrote that: "Rabkin can't resist from widely citing people who name-call and painting all Zionists as evil" and that this style of writing "diminishes the credibility of his argument."[3][4]

His other published works include studies of relations between science and technology,[5] research on cultural aspects of science,[6] including studies of Jews in the scientific profession,[7]Science Between the Superpowers (Priority Press), a study of programs for the exchange of U.S and Soviet Union scientists,[8] as well as works on the fate of Soviet science[9] and scientists[10] after the dismemberment of the USSR and, more generally, on science and political freedoms.[11] Over the course of his career, he has given several hundred public lectures to academic and general audiences in over thirty countries.

On July 11, 2007, Rabkin joined Montreal lawyers and academics in publishing an opinion piece in Le Devoir demanding an explanation from McGill University for the dismissal of religious studies lecturer Norman Cornett.[12]

In May 2010, Rabkin defended the group Queers Against Israeli Apartheid (QUAIA), stating that "It is critical for the survival of our freedoms to resist the efforts of the "Israel-first" Zionists to censor free speech" and that QUAIA's activism is "uncomfortable for Israel's apologists in this country." He added that "One may sympathize with Israel fans in this country who find it hard to present the state of Israel in an attractive light. By campaigning to ban the QUAIA, they only confirm what many have long suspected: that Israel is indeed an apartheid state."[13]

In a conversation with Alan Hart, Hart later stated that he had asked Rabkin "Is it reasonable to say that the Jews of the world now have a choice to make? either to reaffirm their commitment to Judaism and renounce Zionism, or to reaffirm or affirm their commitment to Zionism and renounce Judaism?” Hart stated that Rabkin simply responded "Yes!”[14]

Rabkin largely rejects the concept of a two-state solution for the Israel/Palestine conflict, and has expressed strong support for a bi-national state.[13]

References[edit]

  1. Jump up^ The Canada Council for the Arts http://www.canadacouncil.ca/prizes/ggla/2006/no128053124181086812.htm. Retrieved 15 February 2011.  Missing or empty |title= (help)
  2. Jump up^ "Capsule Le livre d’un historien québécois primé au Japon comme l’un des meilleurs livres de l’année 2010."CERIUM. Retrieved 12 January 2011. 
  3. Jump up^ Enemies of the state by Ralph Amelan, Jerusalem Post, December 28, 2006.
  4. Jump up^ Bias ruins anti-Zionist book by Cynthia Ramsay, Jewish Independent, April 7, 2006.
  5. Jump up^ http://books.google.ca/books?id=AAf8sk_v2SEC&pg=PA3&lpg=PA3&dq=infrared+rabkin&source=bl&ots=2cq6SuZak8&sig=WdGp7_Ehzxz02f2H5T78OXFr4vE&hl=en#v=onepage&q=infrared%20rabkin&f=false
  6. Jump up^ http://ssi.sagepub.com/content/25/4/967.extract][http://sss.sagepub.com/content/9/4/499.short
  7. Jump up^ http://www.yakovrabkin.ca/english/articles/judaism-zionism-and-israel/american-jews-in-the-physical-sciences-2008
  8. Jump up^ Campbell, John C. (Winter 1988/89). "Capsule review"Foreign Affairs (Council on Foreign Relations). 
  9. Jump up^ http://books.google.ca/books?hl=en&lr=&id=_FTF-vJOTHAC&oi=fnd&pg=PA339&dq=rabkin+science+russia&ots=K3BIdWydIb&sig=BN2aZDdcaTmjxnJwlYURqyKIlww#v=onepage&q=rabkin%20science%20russia&f=false
  10. Jump up^ http://docserver.ingentaconnect.com/deliver/connect/beech/03023427/v31n1/s1.pdf?expires=1321152907&id=65614234&titleid=898&accname=Guest+User&checksum=E398B3E0765D2B1B59172021CF24084A
  11. Jump up^ http://books.google.ca/books?id=r6D8j5-c3N4C&pg=PA17&lpg=PA17&dq=mirskaya+rabkin+totalitarianism&source=bl&ots=UEANsgJAbh&sig=5XLtCxMgJPRBaNt_aR5CnoGwKng&hl=en#v=onepage&q=mirskaya%20rabkin%20totalitarianism&f=false
  12. Jump up^ "L’université McGill pratique-t-elle la censure ?"Le Devoir (in French) (Vigile.net). 2007-07-11. Retrieved 2009-03-30. 
  13. Jump up to:a b Counterpoint: Yakov Rabkin on Pride parade by Yakov Rabkin, National Post, May 7, 2010.
  14. Jump up^ Open letter to British Conservative Party leader David Cameron by Alan Hart, August 2, 2007. Posted on Alanhart.net)

External links[edit]

Partager cet article

Repost 0
Published by Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada - dans Analyse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • Le blog de Antonio Artuso - Reconstruction communiste Canada
  • : But : Reconstruction d'un et d'un seul parti communiste au Canada, dans chaque pays et d'un et d'un seul Mouvement communiste international. À l'étape actuelle, la formation théorique-idéologique sur la doctrine de Marx et d'Engels, et de Lénine et de Staline est essentielle - (1) élaboration d'un programme d'études: (2) formation de cercles d'études marxistes-léninistes
  • Contact

Vidéo sur le 11 septembre 2001

Recherche

Hymne de l'U.R.S.S.

Images historiques

    Staline - imagesCAZWBVDE

                                                                                                                                                                                          Staline n'a pas quitté Moscou encerclée par les troupes nazies

Pages